Othmane El Goumri tombe pour refus de contrôle anti-dopage

2 décembre 2016
Othmane El Goumri

Othmane El Goumri vainqueur au Mans, sa seconde victoire à un France de cross (hors titre)

Othmane El Goumri vainqueur du France de cross 2016 vient de tomber en raison d’un refus de contrôle anti dopage. Il avait été le chef de file de l’AC Alès qui avait remporté à la fois le titre par équipe au France de cross et à la Coupe d’Europe des clubs en 2016. Cette année, l’AC Alès avait décidé de se séparer de lui pour s’engager dans une nouvelle politique de recrutement.

 

Othmane El Goumri l’ancien leader de l’AC Alès, était très discret depuis sa victoire au France de cross au Mans et sa participation à la Coupe d’Europe des club où le club cévenol avait remporté le titre. Il avait également couru à Dusseldorf le 3 février puis à Glasgow le 20 février, réussissant 7’51 »82 puis 7’50 »64 sur un 3000 m en salle. Une saison qui avait tout l’air d’être avortée alors qu’en 2015, il avait établi tous ses records avec 27’46 »34 sur 10 000 m à Eugene puis 13’13 »90 sur 5000 m et enfin 3’36 »21 à Rabat, le tout en deux semaines. Selon nos sources, le bruit courait à Rabat qu’il avait été mis discrètement à pied par la Fédération Marocaine d’Athlétisme sans qu’aucune explication ne soit vraiment donnée !!!

Le nom d’Othmane El Goumri figure dans la nouvelle liste des coureurs marocains écopant d’une suspension pour dopage. Le motif ne figure pas sur le site de la Fédération Marocaine alors que le site internet Assabah relayé par le site le360.ma annonce un refus de contrôle. El Goumri est ainsi suspendu pour deux ans  à compter du 1er juillet 2016 jusqu’en 2018.

Othmane El Goumri entraîné à Rabat par Salah Hissou, ancien champion du monde du 5000 m à Séville en 1999 et  ancien détenteur du record du monde du 10 000 avec 26’38’’08 établi en 1996,  avait été recruté il y a trois ans par le club français pour conduire l’équipe de demi-fond sur les podiums des différents championnats de France (cross, Ekiden) et pour lutter aux avant-postes de la Coupe d’Europe de cross des clubs.

Son maintien au club avait été évoqué l’an passé suite aux nouvelles directives de l’AC Alès d’en finir avec les recrutements avec des athlètes étrangers. En effet, à divers reprises, ce club conduit par le couple Albaladejo, Marie Claude comme présidente jusqu’en 2014 et Yves comme trésorier, avait essuyé plusieurs gros revers entachant l’image d’un club multipliant les affaires avec les cas Khalid Zoubaa, Mohamed El Hachimi, Abraham Kiprotich.

A l’automne 2015, le renouvellement de son contrat établi chaque année pour une seule saison avait posé question mais l’international marocain sélectionné au Mondial de Pékin sur 5000 avait donné des gages de garanties en invoquant qu’il était dans le groupe cible marocain de l’AMA compte tenu de son statut international. Ainsi, le club avait décidé de n’avoir qu’un seul coureur étranger dans son équipe. C’est pourquoi elle avait mis fin à la collaboration avec Mohamed Moustaoui. Rencontré début décembre 2015 dans le petit local du stade Pujazon, Yves Albaladejo avait déclaré vouloir garder El Goumri pour son image de coureur d’élite.

Philippe Rémond avait accepté de relever le défi de « refaire » l’image du club en proposant de nouvelles modalités de recrutements

L’hiver dernier, le club s’était par ailleurs assuré des services de Philippe Rémond, le manager Marathon, au sein de la FFA. Celui-ci avait accepté de relever le défi de « refaire » l’image du club en proposant de nouvelles modalités de recrutements. L’ancien international de marathon ne cachait pas qu’il prenait un risque à assumer une telle mission et qu’il mettait même en jeu son image personnelle. Il soulignait lors d’un entretien réalisé à Alès, que les performances d’El Goumri représentaient surtout une référence pour les initiés, et il ne cachait pas être réticent à conserver l’athlète dans le club.

Finalement, en accord avec cette nouvelle politique de recrutement, l’AC Alès avait décidé cet automne de se séparer d’Othmane El Goumri. Un temps Abdellatif Meftah avait été pressenti pour devenir le leader du club en remplacement du coureur marocain, mais au dernier moment, sous la pression de certains membres du club, ce transfert n’a pu avoir lieu, entraînant de facto le départ de Philippe Rémond qui avait initié ce possible recrutement.

L’AC Alès qui avait reçu l’an passé le soutien de Bernard Amsalem, va devoir une nouvelle fois essuyer de fortes critiques. Pour l’heure, les titres obtenus par l’AC Alès avec la présence d’Othmane El Goumri ne sont pas remis en cause.

Quant au Maroc, au même titre que la Russie et le Kenya, ce pays se trouve une nouvelle fois pointé du doigt. Ces deux dernières années, les affaires se sont accumulées, presque 30 athlètes sont sous le coup d’une suspension, le cas El Goumri venant alourdir l’addition.

> Texte et photos Gilles Bertrand

PS : il s’agit du 2ème athlète victorieux d’un Championnat de France de cross à être suspendu pour violation des règles anti dopage : Abdelali Labali, vainqueur sur Cross court en 2015, a été suspendu en octobre dernier