Un ex-dopé à la tête de la fédération de Biélorussie

11 avril 2016

Drôle de camouflet pour Sebastian Coe contraint de collaborer avec le lanceur de marteau Vadim Devyatovski, plusieurs fois suspendu pour dopage, et devenu Président de la Fédération d’athlétisme de Biélorussie.

Vadim Devyatovski (à gauche) suspendu plusieurs fois pour dopage, et maintenant président de la Fédération de Biélorussie

Vadim Devyatovski (à gauche) suspendu plusieurs fois pour dopage, et maintenant président de la Fédération de Biélorussie

Le calendrier a mal fait les choses pour Sebastian Coe. Le président de l’IAAF avait accepté d’assister à Minsk à un séminaire de la Fédération Européenne. Et c’est pile poil durant ce rendez-vous que tombait l’information de l’annulation de la suspension à vie de Vadim Devyatovski, décidée par le Tribunal Arbitral du Sport. Avec par ricochet la validation de la fonction de Président de la Fédération d’athlétisme de Biélorussie pour l’ex-lanceur de marteau.

Celui-ci ne pouvait rêver plus belle consécration que cette annonce venant à point nommée, alors que tout le gratin de l’athlétisme européen se retrouvait justement dans la capitale de son pays… Une situation très embarrassante pour Sebastian Coe qui se voyait ainsi contraint de s’asseoir aux côtés de Vadim Devyatoski pour assister aux débats.

L’athlète compte une incroyable liste de suspensions : 2 ans entre 2000 et 2002. Puis l’or conquis à Pékin en 2008 lui était retiré sur contrôle positif avec que le TAS ne décide d’annuler cette sanction et lui restitue sa médaille. En 2013, encore un coup de semonce à son encontre avec l’analyse de son échantillon du Mondial 2005, démontrant à nouveau l’usage de produits interdits, et qui débouchait sur une suspension à vie.

Le président Lukashenko, un dictateur, également à la tête du Comité Olympique

En parallèle, Vadim Devyatoski se retrouvait élu comme Président de la Fédération d’athlétisme de Biélorussie, et l’Agence Mondiale Anti-dopage contestait cette décision devant le Tribunal Arbitral du Sport. Mais finalement, pour la 2ème fois, le TAS allait donner raison à Vadim Devyatoski, validant ainsi sa fonction officielle.

Sebastian Coe ne pouvait éviter de le côtoyer, et il rencontrait également le Président de la République de Biélorussie, Alexander Lukashenko, connu comme l’un des derniers dictateurs d’Europe. Un président assumant également la fonction de Président du Comité Olympique National, d’un pays mis à l’index par l’Agence Mondiale Anti-Dopage.

Quel guêpier provoqué par Svein Arne Hansen, le Président de la Fédération Européenne, et à ce titre organisateur de ce séminaire organisé sur les terres mêmes de l’ex-lanceur. Mais Svein Hansen n’a pas hésité à proclamer que le dopage avait été le sujet central de ce séminaire… Doit-on le croire !

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.