Dimitri Bascou sur la liste des AUT dévoilée par les Fancy Bears

19 septembre 2016

La nouvelle divulgation d’informations par les hackers de « Fancy Bears » comprend pour la première fois le nom de sportifs français, Dimitri Bascou et Gauthier Grumier, pour l’usage d’AUT, Autorisations d’Usage Thérapeutique. Le hurdler, qui a terminé 3ème aux Jeux Olympiques de Rio, y est présenté comme ayant bénéficié d’une AUT pour du salbutamol et des glucorticoïdes, entre juin 2009 et juin 2013. Des médicaments destinés à soigner l’asthme. Au total, 26 noms de 10 pays et 12 sports différents sont livrés, incluant Mo Farah et Rafael Nadal.

 

60 haies hom bascou

La bombe Fancy Bears a explosé en France. La dernière « livraison » des hackers du serveur de l’Agence Mondiale Anti Dopage dévoile 26 noms originaires de 10 pays et représentant 12 sports différents, qui ont bénéficié d’AUT. Parmi eux, quelques athlètes de renom, dont Mo Farah et Rafel Nadal, pour lequel « Fancy Bears » a recensé respectivement deux AUT.

Mais en France, la grande affaire de cette 4ème liste est bien sûr celle de la présence de deux Français. L’escrimeur Gauthier Grumier, médaillé de bronze à Rio, avec une AUT pour du betamethasone et du methylprednisolone. Et Dimitri Bascou, qui avait lui aussi raflé le bronze aux JO de Rio sur le 110 mètres haies.

Pour le hurdler, les produits incriminés sont du salbutamol et des glucorticoïdes. Comme le confirme le spécialiste anti-dopage Pierre Sallet : « Il s’agit d’un traitement pour de l’asthme. » Un traitement sur le long terme, il a débuté le 18 juin 2009 et a été validé par le Docteur Dollé le 17 septembre 2009 (a posteriori, mais les règles des AUT le permettent) pour une utilisation jusqu’au 18 juin 2013. Soit 4 années de traitement autorisé.

Sur le plan sportif, durant cette période, ses chronos s’abaissent régulièrement, passant de 13’’49 en 2009 à 13’’34 en 2012, avant une saison 2013 difficile, où il plafonne à 13’’51, quitte le giron de l’INSEP pour rejoindre le groupe de Giscard Samba. Et ce n’est qu’en 2014 qu’il retrouve le chemin de la progression pour tomber à 13’’25, puis 13’’16 en 2015, 2ème au Europe en salle, avant de connaître une saison 2016 exceptionnelle, il rafle le titre européen début juillet 2016, descend à 13’’12 mi-juillet et décroche un mois plus tard la médaille de bronze olympique.

L’AMA incapable de savoir si plus d’informations ont été piratées

Ce gros talent des haies français se retrouve ainsi dans l’œil du cyclone, avec l’escrimeur Gauthier Grumier, tous les deux contraints à justifier leurs traitements médicamenteux, comme l’ont fait les autres sportifs dans les autres pays. Seront-ils les seuls Français ainsi distingués par les « Fancy Bears » ? Les hackers sont les seuls à savoir ce qu’ils dévoileront et à quel moment.

L’AMA serre les dents, et son communiqué de ce jour pour informer officiellement des nouvelles révélations des hackers en dit long sur son incapacité à gérer la situation. On peut ainsi y lire que ses équipes travaillent activement à prévenir des intrusions futures, que des experts de la cyber sécurité sont consultés pour prévenir toute intrusion future. Mais il est y également mentionné que l’instance internationale n’a pas de « raison de croire que les hackers ont accédé aux informations plus larges du système ADAMS ».

En clair, on comprend que l’AMA n’est pas à même de savoir si d’autres données que les AUT ont été dérobées par les hackers. Les infos AUT pourraient-elles être une simple mise en scène avant que des données relevant des passeports biologiques ou de contrôles positifs non dévoilés sortent au grand jour ???

Quoi qu’il en soit, le monde du sport se déstabilise un peu plus chaque jour, avec cette impression d’incompétence de l’AMA. A chaque révélation d’infos, l’instance internationale se retrouve sur la sellette. Thomas Bach, le Président du CIO, n’est pas le dernier à en prendre acte…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.