Deux contrôles positifs aux 10 km de Narbonne

30 janvier 2015

Les contrôles effectués par l’AFLD lors des 10 km de Narbonne fin juin 2014 ont débouché sur deux contrôles positifs, avec une suspension de deux ans pour Erwan Baqas pour usage de clenbutérol.

CLENBUTEROL R

 

Clenbutérol et cannabis. Ce sont les produits détectés lors des contrôles AFLD à l’issue des 10 km de Narbonne. Il a été retrouvé dans les urines d’un jeune triathlète, un métabolite du cannabis. Le triathlète licencié à Narbonne avait terminé 10ème de la course. Il échoue d’une suspension d’un an.

L’autre contrôle concernant Erwan Baqas est d’une toute autre teneur. Cette fois, il s’agit de clenbutérol, autant dire des anabolisants ! Un produit  vétérinaire à l’origine destiné aux bovins pour qu’ils aient plus de viande, et qui a été largement utilisé par les sportifs pour préserver la masse musculaire et perdre de la masse grasse.  On l’a ainsi identifié dans des contrôles depuis 1992, et parmi ses utilisateurs « connus », on retrouve Alberto Contador, contrôlé en 2010, pendant le tour de France qu’il avait remporté, un autre cycliste, l’Australien Michael Rogers, en 2013.

Pourquoi l’utiliser ? Pour préserver la masse musculaire, mais aussi pour renforcer la ventilation pulmonaire. Et plus récemment, on l’a vu souvent recommandé pour faciliter la perte de poids, y compris dans des sites grands publics.

Après avoir été informé de son contrôle positif, Erwan Baqas a complètement nié avoir consommé de ce produit. Il a expliqué « avoir utilisé quelques jours avant la course des médicaments pour lutter contre un état fiévreux, et insisté sur le fait qu’il ne consommait que des vitamines achetées en vente libre en pharmacie, afin de lutter contre la fatigue résultant de son activité professionnelle ». Et a souligné aussi « ne pratiquer la course à pied depuis l’âge de 18 ans que pour son plaisir ».

Mais autant d’arguments auxquels la commission de l’AFLD chargée de l’entendre et de statuer sur son cas n’a pas pris en compte, appliquant ainsi la loi en prononçant deux ans de suspension, entre le  10 décembre 2014 et le 9 décembre 2016.

Erwan Baqas, ex-Marocain de bon niveau, et prénommé alors Abdilali, s’était installé à Salon de Provence, et depuis 2011, il était souvent présent sur les podiums des courses régionales du Languedoc au Sud Est. A Narbonne, ce tout jeune vétéran non licencié en club avait ainsi terminé 2ème au scratch.

> Texte : Odile Baudrier