Corruption à l’IAAF : Papa Massata Diack extradé vers la France ?

21 décembre 2018

Papa Massata Diack devra-t-il accepter de répondre aux questions de la justice française dans l’affaire de corruption de l’IAAF qui le met en cause aux côtés de son père, Lamine Diack, l’ancien président de l’IAAF ? Les signaux sont passés au rouge pour le fils Diack après la demande officielle de Thomas Bach, le président du CIO auprès du président de la République du Sénégal, suite au choix de ce pays pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022. Alors, bientôt la vérité sur les protections d’athlètes dopés par les Diack ???

 

DIACK PAPA MASSATA

Donnant – Donnant. Cette règle simpliste pourrait coûter cher à Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de l’IAAF. La justice française demeure dans l’attente de l’entendre dans l’affaire de corruption de l’IAAF. Mais son pays le protège, en refusant l’extradition demandée vers la France, et depuis fin 2015, Papa Massata Diack demeure confiné au Sénégal, pour éviter de subir le mandat d’arrêt international  lancé par Interpol.

Toutefois le vent pourrait tourner pour lui. A la suite de la désignation du Sénégal, pour accueillir les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022. Un premier coup de semonce avait été donné dès octobre 2018 au moment même de l’annonce en grandes pompes de ce choix du CIO. Sebastien Coe avait alors interpellé Macky Sall, le Président de la République du Sénégal, pour lui demander de faire extrader Papa Massata Diack vers la France, pour qu’il réponde aux accusations de corruption.

Deux mois plus tard, un nouveau cap a été passé. Cette fois, c’est carrément Thomas Bach, le Président du CIO, qui sollicite de Macky Sall, l’extradition du fils Diack. Ceci à la suite d’une demande officielle formulée par le juge Van Ruymbeke, qui dirige ce dossier sensible, et qui a informé Thomas Bach des difficultés pour faire témoigner Papa Diack. Comme le rapporte le site « Inside The Games », Van Ruymbeke a expliqué à Thomas Bach que l’absence totale de coopération du Sénégal perturbe le déroulement correct de l’enquête.

Des pots de vin pour couvrir le dopage et pour acheter des votes pour les JO

Le juge a visiblement été convaincant pour que le Président du CIO accepte ainsi de s’engager dans une démarche officielle auprès du gouvernement sénégalais. En réalité, l’affaire Diack ne concerne pas seulement l’IAAF, les éléments dévoilés par la justice française démontrent que les Diack ont reçu des pots de vin pour que Lamine Diack influence d’autres membres du CIO en faveur de Rio pour les JO de 2016, et de Tokyo pour 2020.

570272065SR00090_IAAF_Congr

Côté IAAF, les Diack sont mis en cause pour avoir couvert les cas de dopage des athlètes de Russie. Et l’ancien président de l’IAAF est également suspecté d’avoir avantagé son fils dans les négociations avec les partenaires et pour les droits télé.

Le dossier n’a évidemment pas livré tous ses secrets. En particulier, pourra-t-on un jour avoir une idée du nombre d’athlètes dopés qui ont bénéficié de la protection de Lamine Diack et de son bras droit, le Docteur Dolle ? A coup sûr, des athlètes de Turquie, mais d’autres grands noms pourraient avoir été concernés par ces méthodes. C’est en tout cas, l’opinion de plusieurs experts dans ce domaine, comme la Jamaïcaine Renée Anne Shirley, ancienne patronne de l’anti-dopage en Jamaïque, mise à l’index dans son pays pour avoir révélé le petit nombre de contrôles anti-dopage subis par les athlètes jamaïcains avec les JO de Londres. Ou encore de l’Australien Robin Parisotto, à l’origine du premier test sur l’EPO et de la création du passeport biologique, et devenu hostile à l’IAAF après avoir découvert en 2016 que des centaines d’athlètes qui affichaient des valeurs douteuses entre 2001 et 2012 n’avaient pas été sanctionnés.

Les tweets de la Jamaïcaine et de l’Australien sont sans équivoque : les dérives des Diack et Dolle n’ont pas protégé que des athlètes russes, et des athlètes d’autres pays auraient beaucoup à perdre si la vérité était dévoilée… Et quelques membres de l’IAAF également !

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

Papa Massata Diack, la corruption aussi aux JO de PyeongChang

Corruption à l’IAAF : Sebastien Coe sera confronté à Lamine Diack

Lamine Diack, à nouveau mis en examen par la justice française

Lamine Diack, toujours interdit de quitter la France

Analyse : Daunay et Wade, parties civiles contre Diack

Le scandale autour de Lamine Diack serait énorme