Yuliya Stepanova, soutenue par près de 70.000 personnes

31 juillet 2016

La décision du CIO d’interdire à Yuliya Stepanova de disputer les Jeux Olympiques de Rio a suscité une forte hostilité à travers le monde entier, et une pétition de soutien à la jeune femme qui a largement contribué à faire connaître le système de dopage orchestré en Russie a été lancée, avec un succès énorme. En quatre jours, ce sont près de 70.000 personnes qui ont signé la lettre adressée à Thomas Bach pour lui demander d’autoriser la participation de Yuliya Stepanova, en remerciement pour son implication dans la lutte anti-dopage.

 

Yuliya Stepanova

Yuliya Stepanova

 

C’est un véritable raz de marée qui a lieu à travers le monde entier, avec cette pétition de soutien en faveur de Yuliya Stepanova. La preuve que la décision du CIO de refuser qu’elle participe aux JO de Rio apparaît comme une véritable injustice à son encontre alors qu’elle a fait preuve d’un grand courage pour que le voile soit levé sur les pratiques dopantes de la Russie.

En quelques jours, la mobilisation s’est accrue, pour atteindre ce dimanche 31 juillet, plus de 66.000 signatures, avec l’objectif d’en atteindre 70.000 dans les heures qui viennent. Autant de personnes écrivant à Thomas Bach le patron du CIO pour lui demander d’ « autoriser Yuliya Stepanova à disputer les JO sous le maillot olympique neutre, en remerciement de ses efforts pour révéler l’un des plus grands scandales du dopage de l’histoire ».

La position de Thomas Bach sur le problème de la Russie est apparue peu courageuse, avec cette décision de reporter sur les fédérations internationales la responsabilité d’accepter ou non les sportifs de la Russie aux JO, en fonction de leur parcours personnel. Malgré tout, on a pu lire ici et là un soutien à cette position, s’appuyant sur le fait que tous les sportifs n’avaient pas à supporter la politique de leur pays.

Une pétition et une campagne de dons

Mais il est certain que la crédibilité de Thomas Bach a été largement entamée par son refus d’accepter une exception pour Yuliya Stepanova, en estimant que son passé d’ex-dopée justifiait ce refus.

Comme l’a résumé le journaliste Hajo Seppelt sur son Twitter : « Nous avons appris de Thomas Bach : Stepanova ne satisfait pas les exigences éthiques d’un athlète pour entrer aux JO. Mais Gatlin oui. Intéressant ».

Un refus apparaissant comme une grande injustice à l’encontre de la jeune athlète, et comme un signal fort d’hostilité lancé à tous les lanceurs d’alerte, et l’Agence Mondiale Anti Dopage s’en est ouvertement émue. Avec ce choix, Thomas Bach penche fortement du côté de la Russie, où Yuliya Stepanova est considérée comme une traîtresse à son pays. La position russe est claire, Yuliya Stepanova n’a impulsé son revirement contre le dopage qu’après avoir utilisé des produits dopants pendant 6 ans et avoir été sanctionnée.

Un point de vue repris par le CIO dans sa décision, estimant que la jeune femme n’est devenue lanceuse d’alerte que parce que le système russe ne la protégeait plus, comme en témoignait son contrôle positif.

La pétition lancée sur la plateforme « change.org » à l’initiative de l’Allemande Kaj Beuter s’est doublée en parallèle d’un appel à dons. A l’origine de cette campagne, Beckie Scott, la présidente de la Commission des Athlètes de l’Agence Mondiale Anti-Dopage. En quelques jours, ce sont près de 50.000 euros via « I believe in You » qui ont été collectés pour épauler financièrement le couple et leur fils.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.