Yasemin Can, l’infatigable championne d’Europe du 10000 mètres

7 juillet 2016

Yasemin Can s’impose sur le 10000 mètres du Championnat d’Europe avec un nouveau record d’Europe espoir. A 20 ans, la Turque d’origine Kenyane qui évolue sous les conseils du Roumain Carol Santa peut se targuer d’une saison où pullulent les compétitions…

 

can yaseminA 19 ans, Vivian est devenue Turque, son prénom s’est mué en Yasemin, elle s’est nommée Can au lieu de Jemutai. L’officiel turc chargé des changements de noms, obligatoires pour tous les athlètes étrangers naturalisés turcs, n’a pas été très vigilant dans son choix. Yasemin Can existait déjà, elle était née, elle, en Turquie et en 1992. Mais qu’importe !

Un gommage d’identité qui a été si souvent dénoncé depuis que Kenyans et Ethiopiens ont commencé à troquer leur maillot du Kenya pour d’autres pays, plus généreux. La Turquie en fait partie, motivée par la volonté de démontrer sa force en particulier dans le cadre des compétitions de niveau européen.

5000-1500-semi marathon : en deux jours

Le manque de respect ne s’arrête pas là. En une année, Yasemin Can a été transformée en machine à courir. Une simple consultation de ses performances de l’année se révèle édifiante. Elle attaque à Istanbul par le Championnat National en Salle, avec le 20 février un 5000 mètres en salle (15’08’’), et le lendemain, un 1500 m (4’16’’42), et le même jour, le site « all-athletics » la pointe aussi sur un semi-marathon, couru en 1h16’51’’à Trabzon en Turquie….

Le retour à la compétition se fait le 10 avril au marathon de Rotterdam, qu’elle boucle en 2h47’11’, et le 16 avril, retour sur la piste avec un 5000 m à Eldoret en altitude (15:32.6). Le 1er mai, elle remet le cap sur la Turquie pour le championnat de 10.000 mètres qu’elle remporte en 31’30’’58. Deux mois plus tard, à l’attaque du championnat d’Europe, cela demeure encore la meilleure performance européenne de la saison.

Le 15 mai, come back sur un stade kenyan, avec le 5000 m de Kisii couru en 15:56.9. Puis les 23 et 24 mai, à Mersin, en Turquie elle répète un enchaînement redoutable, avec 8’53’’16 sur 3000 m et 15’24’’03 sur 5000 m le lendemain. Puis ce sera Rome le 2 juin, avec 14’37’’61 sur 5000 m. Et on la retrouve étincelante le 6 juillet dans le stade d’Amsterdam, où elle empoche le titre sur 10000 mètres avec 31’12’’86, nouveau record personnel.

Carol Santa, un coach roumain et ami du Docteur Sainz

Mais quel peut bien être le secret de cette stakhnoviste de la compétition ??? Il est Roumain et il se nomme Carol Santa. Il est l’entraîneur de Yasemin Can, et l’homme qui se cache derrière la réussite des néo-Turcs issus du Kenya. Comme le révèle le site roumain « stiri.covasnamedia.ro », cet ancien coach pour la Roumanie a été recruté en 2010 par la Turquie avec l’objectif de coordonner le projet de naturalisation des jeunes kenyans. Et dès 2012, il récolte les dividendes avec une médaille d’argent du Mondial en Salle pour Ilham Tanui Ozbilan, l’or sur 10000 m et le bronze sur 5000 m pour Polat Kemboi Arikan au Championnat d’Europe, et l’argent au 3000 m steeple pour Tarik Langat Akdag au Europe. Les trois athlètes sont également présents en finale des JO.

Le recrutement de Carol Santa ne doit rien au hasard. Comme le rappelle le site roumain, l’homme a accompagné des générations d’athlètes de la Roumanie pendant ses 30 ans de carrière, et il compte plusieurs centaines de médailles en championnats nationaux. Mais avec le recrutement de jeunes talents kenyans, Carol Santa bascule dans une nouvelle dimension, plus prolifique, et il recevra même en 2013 la récompense de « European Athletics Coaching Awards », pour sa réussite.

Pourtant, tout récemment, son nom a été éclaboussé dans l’affaire « Sainz ». Le journaliste du Monde, Clément Guillou, révèle dans son article « Le « docteur Mabuse », mentor du peloton, s’intéresse aussi aux athlètes » que Carlo Santa entretient des liens très étroits avec le Docteur Sainz, de même que son fils, Daniel, manager sportif.

Face aux évidences, Carlo Santa n’a pu totalement nier certaines relations avec le Docteur Sainz, mais les a strictement limitées à des conseils liés aux « vastes connaissances naturelles, homéopathiques » que ce médecin sulfureux possède. Aux côtés d’autres connaissances beaucoup plus douteuses….

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : EAA