Une sprinteuse du Nigéria, une marcheuse d’Ukraine, suspendues pour dopage

11 octobre 2018

Une nouvelle médaillée en grand championnat est mise à l’index pour dopage. Alina Tsivily avait remporté l’argent sur le 50 km du Championnat d’Europe cet été. Elle se voit suspendue pour du tremetazidine. Une autre suspension provisoire est prononcée à l’encontre de Glory Nathaniel Onome, une sprinteuse du Nigéria, pour des stéroïdes. Elle n’a que 23 ans !

 

La discipline est nouvelle, mais la voilà déjà marquée par le dopage. Le 50 km marche féminin était apparu pour la première fois en championnat du monde, l’année dernière à Londres. Et cet été, à Berlin, le championnat d’Europe accueillait sa première édition de cette épreuve de marche.

A peine deux mois plus tard, ce premier podium se voit déjà souillé par le dopage, avec la suspension provisoire prononcée par l’Athletics Integrity Unit d’Alina Tsivily, médaillée d’argent. La jeune Ukrainienne de 24 ans disputait à Berlin son deuxième 50 kilomètres marche, qu’elle bouclait en 4h12’, après des débuts effectués en mai en 4h28’.

Cette incursion sur cette nouvelle discipline apparaissait ainsi plus que concluante pour Alina Tsivily, qui affichait jusqu’alors une carrière sur 20 kilomètres plutôt terne, avec seulement une participation à la Coupe du Monde par équipe, en 2016, où elle avait terminé à la 52ème place, et aux Universiades, en 2017, où elle finissait 7ème.

Le virage 50 kilomètres semblait lui avoir plus que réussi, mais à peine un mois après cette performance berlinoise, elle se voyait mise en cause pour un contrôle à la tremetazidine. Un médicament (en France, le Vastarel), utilisé pour prévenir les angines de poitrine et les acouphènes, et figurant sur la liste des interdits en raison de ses qualités stimulantes. C’est pour cette même molécule que le nageur chinois Sun Yang, double champion olympique, avait reçu en 2014 une suspension de trois mois.

Des anabolisants à 23 ans !

GLORY ONOME

Une autre athlète se voit suspendue provisoirement par l’Athletics Integrity Unit : Glory Nathaniel Onome reçoit cette sanction en raison d’un contrôle positif au stanozol, survenu fin août. Cette fois, on ne joue plus dans la même cour, la molécule est de la famille des stéroïdes anabolisants…

Glory Nathaniel Onome s’était distinguée cet été, avec la victoire au Championnat d’Afrique sur 400 mètres haies, début août. A 23 ans, elle avait ainsi confirmé sa progression débutée l’année précédente, qui l’avait vue amener son record à 55’’30 et atteindre la demi-finale du Championnat du Monde de Londres.

Au Nigéria, même si la jeune athlète avait été disqualifiée dans cette demi-finale, cette performance était apparue comme exceptionnelle, et elle avait été honorée dans l’Ogun State, l’Etat où elle fréquentait l’Université, pour avoir distingué son pays au plus haut niveau. Un an plus tard, l’histoire hoquette de la pire des manières…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : IAAF