Un jeune athlète en difficulté en France après avoir livré des informations sur le dopage au Maroc

17 juillet 2018

La lutte anti-dopage repose aussi sur les informations livrées par des athlètes mis en cause pour dopage, et qui obtiennent grâce à leur collaboration une remise de peine. Une méthode largement utilisée maintenant, et un jeune athlète marocain a ainsi accepté de révéler les noms de personnes actives dans le dopage au Maroc. Toutefois, la confidentialité sur sa collaboration a été révélée par les hackers des Fancy Bears, le mettant en grave danger au Maroc. Exfiltré en France, avec le soutien de l’AFLD, de l’IAAF et de la FFA, il se retrouve aujourd’hui en difficulté, car bientôt en situation irrégulière.

 

ESSAI é DOPAGE A

La lutte anti-dopage a copié les méthodes utilisées dans la traque de la méfia et des narco-trafiquants : une collaboration égale une réduction de peine. Et ce principe s’est même inscrit au Code Mondial Anti-Dopage, sous la dénomination de « Aide Substantielle ». Un outil évidemment précieux pour obtenir les informations connues des seuls initiés, les sportifs dopés eux-mêmes..

Evidemment, cette méthode n’est pas pour plaire à tout le monde, et ainsi Tyson Gay avait essuyé des attitudes très hostiles de ses pairs, après qu’il ait bénéficié d’une suspension réduite, 1 an au lieu de 2 ans, suite à ses révélations sur les personnes impliquées dans les trafics de produits dopants, et en particulier Jon Drummond, son ancien entraîneur.

En général, cette pratique demeure entourée de mystères, sur les secrets levés par ces sportifs devenus collaborateurs, que certains n’hésitent pas à désigner comme des « balances ». Cependant, l’année dernière, un jeune athlète a vu ses révélations exposer au grand jour par les hackers des Fancy Bears.

Il y a juste un an, ces hackers, qu’on pense être d’origine russe, avaient semé le trouble dans le monde de l’athlétisme en divulguant divers fichiers obtenus en s’introduisant dans les bases de l’IAAF, avec en particulier une liste d’athlètes considérés comme suspicieux par les experts anti-dopage de l’instance. Les Fancy Bears avaient également dévoilé un email hacké sur la boîte mail de Laura Gallo, juriste à l’IAAF, et adressé à l’Agence Mondiale Anti-Dopage.

Il s’agissait d’une demande formulée par l’IAAF pour une réduction de suspension pour un jeune athlète marocain, mis en cause pour son passeport biologique, et qui avait accepté de fournir des informations sur les réseaux du dopage au Maroc. Mais ce mail est riche en détails, et surtout, il énumère de nombreux noms d’athlètes, de médecins, impliqués.

Un visa spécial, d’un an, bientôt expiré

Et son exposition au grand jour va mettre en grand danger ce jeune athlète, menacé de représailles par les membres du réseau. Il se voit ainsi contraint de quitter le Maroc de toute urgence, et de s’installer en France, grâce à un visa dit « Jeune Talent » d’une durée d’un an. Une opération complexe menée grâce à une collaboration AFLD, IAAF, et FFA.

Toutefois, un an plus tard, ce jeune athlète se retrouve en situation très délicate, avec son visa à expiration très prochaine, et aucun statut clairement obtenu depuis son arrivée. Ceci en dépit de l’engagement écrit pris par André Giraud, le président de la FFA, qui lui avait transmis le 12 juillet 2017, une invitation formelle à intégrer un établissement public de préparation sportive, avec prise en charge complète en internat.

La réalité ne s’est pas révélée tout à fait en accord avec ces promesses, le soutien n’a duré que quelques mois, et c’est ensuite une aide privée qui a permis à ce jeune homme de 22 ans seulement de pouvoir vivre en France.

A ce jour, malgré les promesses successives des diverses instances de s’occuper de ce dossier, aucune solution administrative n’a été trouvée, pour lui éviter un retour au Maroc qu’on sait déjà très dangereux. Car ce sont environ une dizaine d’athlètes et médecins qui auraient été épinglés par les instances anti-dopage grâce à ses révélations. Avec, à la clef, autant d’envies de vengeance…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.