Tanzanie, courir pour un coq

15 janvier 2015

Max est un idéaliste. Professeur à Arusha, il organise dans la brousse des petites courses de détection. Comme celle de Kondoa, une bourgade poussiéreuse perdue aux confins des territoires Masaïs, à une journée de piste de Arusha. Cela débute par des courses en sac, des sprints à deux les chevilles attachées, encore des sprints une cuillère dans la bouche et un citron en équilibre. Une myriade d’enfants se prêtent à ces jeux avec espièglerie. Les plus anciens, souvent usés par la vie, courent pour attraper un coq, une poule. Le 10 km, c’est la course de l’espoir. L’espoir d’une vie meilleure, d’une scolarité offerte. Max donne les départs, Max surveille les arrivées. Max pose une main sur l’épaule d’une gamine habillée propre dans son uniforme d’écolière. Max lui offre une scolarité. Max est un bienfaiteur.

> Reportage photographique réalisé en 2010 à Kondoa – Tanzanie par Gilles Bertrand