Shalane Flanagan, 25 tours avant Boston

5 avril 2015
Shalane Flanagan bien en ligne dans ce 10 000 m de préparation d'avant Boston

Shalane Flanagan bien en ligne dans ce 10 000 m de préparation d’avant Boston

 

Shalane Flanagan s’est illustrée au meeting de Stanford sur 10.000 mètres, avec un chrono de 31’09’’02. De très bonne augure pour l’Américaine, en pleine préparation pour le marathon de Boston, où elle voudrait briller après sa 7ème place de l’année dernière.

 

« Magique ». Le qualificatif sort de la bouche de Shalane Flanagan. Elle vient de réaliser un 10.000 mètres d’exception, entièrement seule en 31’09’’. Un moment rare, que ces 25 tours courus par Shalane comme un métronome, sans jamais se désunir.

Ce très beau spectacle n’a été suivi que par une toute poignée de spectateurs subjugués par son aisance. Le meeting de Stanford ne déplace pas les foules. Les tribunes n’ont été garnies qu’une petite partie de l’après-midi, et en cet horaire tardif – le départ est donné à 21 heures – elles se sont quasiment vidées.

Mais Shalane Flanagan voit les choses autrement. Cette piste demeure celle où elle s’est exprimée pour la première fois sur 10.000 mètres, avec brillance, en torpillant le record US du 10.000 mètres, en 30’34’’49. C’était en 2008 et quelques mois plus tard, elle obtenait le bronze olympique à Pékin.

Shalane Flanagan fut l'invitée surprise de cette édition 2015

Shalane Flanagan fut l’invitée surprise de cette édition 2015

Bien sûr, pour elle, ce lieu demeure magique. Et c’est tout naturellement qu’elle a eu envie de s’y retrouver à nouveau pour un 10.000 mètres, et alors qu’elle s’entraîne pour le marathon de Boston. Ce choix est inédit dans le cadre d’une préparation marathon, cette course sera la seule inscrite à son programme, et sa première compétition depuis le marathon de Berlin.

Depuis septembre dernier, Shalane Flanagan a traversé les turpitudes d’une blessure au talon, entravant sa préparation, et ce n’est que depuis janvier qu’elle a pu retrouver l’altitude à Flagstaff pour assumer un véritable entraînement.

Au fil des séances, la forme paraît revenue, et Shalane s’est prise à rêver de participer à ce meeting de Stanford. Elle l’avoue, elle a dû être très persuasive auprès de son entraîneur Jerry Schumacher pour le convaincre de l’autoriser à cette incursion en Californie. Mais comme elle l’a expliqué : «Là-haut, je suis seule dans ce chalet, à 2800 mètres d’altitude. Il n’y a que moi et les écureuils ! »

A l’arrivée, son visage reflète l’authentique bonheur qu’elle a ressenti sur cette piste de Palo Alto, et elle l’exprime avec une animation inhabituelle chez cette athlète si réservée : « C’était très intense. Revenir ici, c’est un peu comme retrouver sa famille. C’était mon retour à la compétition, pour un test, et j’ai encore plus apprécié ! »

Une simulation des derniers kilomètres du marathon

Jerry Schumacher, son coach du Bowerman TC, qui la drive depuis 2009, avait conçu cette course comme un entraînement très particulier : « C’était une simulation des 10 derniers kilomètres du marathon. » Et cette répétition fut un vrai bonheur à suivre, avec Shalane en tête dès le coup de pistolet, sa longue foulée déroulant un tempo régulier. Et même lorsque les choses se compliquent avec l’obligation de doubler les autres compétitrices à partir de la mi-course, elle paraît boostée à chaque dépassement, elle finira après avoir doublé 29 coureuses !

Shalane Flanagan respecte la bon tempo, 5' au mile

Shalane Flanagan respecte la bon tempo, 5′ au mile

Rien ne la déstabilise, et pas plus la présence dans sa foulée de l’Ethiopienne Burka, qui s’est calée sur elle, et la suit comme son ombre, patientant jusqu’aux derniers 300 mètres pour s’éclipser et lui voler d’un souffle la victoire…. Le visage de Shalane se ferme de cette défaite, et elle marque une certaine surprise lorsque Gelete Burka tente de l’enlacer juste après la ligne d’arrivée, comme pour remercier l’Américaine de lui avoir permis de battre son record personnel. Shalane soulignera ensuite, avoir été gênée, sa chaussure heurtée par cette athlète collante.

Mais Shalane ne s’éternise pas sur ces à côtés, elle veut surtout retenir ce sentiment intense ressenti pendant cette course : « J’ai contrôlé mon corps. » Elle arrivait ici sur la lancée de sa préparation, sans fraîcheur, et sa performance ne peut que renforcer sa confiance en elle à quelques jours du grand rendez-vous de Boston.

La 2ème marathonienne américaine derrière Joan Benoît Samuelson

Elle veut y accéder au podium, pour oublier sa désillusion de l’année dernière, où après avoir mené pendant 26 kilomètres, elle n’avait pu terminer que 7ème. En y réalisant tout de même un excellent 2h22’02’’, nouveau record personnel qu’elle éclipsera quelques mois plus tard à Berlin avec 2h21’14, 2ème performance américaine.

Ce printemps, Shalane abordera Boston d’une manière très atypique, avec sa préparation hivernale tronquée par la blessure, entravant ainsi tout le travail foncier habituellement réalisée l’hiver. Mais la jeune femme se montre bien décidée à tirer partie de cette originalité. Elle explique : « Mon entraînement a été plus court. Alors, mentalement, je suis beaucoup plus fraîche. Je vois ce marathon comme un grand moment qui arrive devant moi. Je suis très excitée en y pensant. Je vais être plus tactique cette année.»

D’ici là, elle retrouvera Flagstaff pour les ultimes entraînements, car comme elle le souligne : « Il y a encore du travail à faire. » Mais celui-là ne sera fera pas sous le soleil de Californie…

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : Gilles Bertrand

. A lire également : Liv Westphal bat le record de France du 5000 m à Stanford