Serguei Bubka soupçonné de corruption par l’IAAF

22 septembre 2017

Des soupçons de corruption règnent sur Serguei Bubka après la révélation de virements effectués en faveur de Valentin Balakhnichev, l’ancien trésorier de l’IAAF, désormais suspendu à vie. Une enquête va être lancée par l’IAAF sur ces révélations du « Monde », mettant en cause l’Ukrainien, qui les conteste.

86653467

86653467

Une nouvelle fois, c’est la presse qui donne le tempo dans des affaires liées à la corruption. Yann Bouchez pour « Le Monde » a jeté un pavé dans la mare en révélant des virements bancaires douteux effectués par Serguei Bubka. Et c’est à la suite de ces affirmations relayées par « The Guardian » chez les Britanniques que l’Unité d’Intégrité, nouvellement créée par l’IAAF, a décidé de lancer une enquête pour faire la lumière sur ces affirmations.

En cause un virement de 45.000 dollars effectués en 2009 par Bubka à une société offshore domiciliée dans un paradis fiscal et appartenant à Valentin Balakhnichev, ancien trésorier de l’IAAF, et maintenant suspendu à vie pour avoir dissimulé des cas de dopage en échange de sommes d’argent. Or les éléments révèlent aussi un autre virement troublant quasiment à la même date, cette fois entre la société de M. Balakhnichev et la société de Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de l’IAAF, lui aussi mis en cause pour corruption. Et ces deux virements douteux avaient été effectués en juin 2009 en pleine désignation de la ville olympique pour les JO de 2016, et alors que des soupçons de corruption règnent sur le choix de Rio.

Serguei Bubka se voit ainsi égratigné, et le patron de l’unité d’Ethique de l’IAAF n’a pas tardé à réagir, publiant quelques heures après la parution de l’article du Monde, un communiqué annonçant qu’une investigation allait être lancée à l’encontre de l’Ukrainien, vice-président de l’IAAF, et membre du CIO.

45.000 dollars pour du consulting

Serguei Bubka a d’abord réagi à travers ses avocats ukrainiens, réfutant les accusations de collaboration avec Balakhnichev et Papa Massata Diack, et affirmant lui-même ensuite au journaliste d’« Inside The Games »que ce paiement aurait été en fait effectué à Valentin Balakhnichev pour des actions de consulting.

L’ancien trésorier de l’IAAF aurait reçu ces 45.000 dollars pour travailler au développement du « Pole Vault Stars », cet évènement dédié exclusivement à la perche que Serguei Bubka avait lancé à Donetsk en 1990, et organisé jusqu’en 2014.

Chaque hiver, les meilleurs perchistes de la planète se retrouvaient à Donetsk pour ce grand rendez-vous, Jean Galfione y avait ainsi été présent dès sa création, et c’est dans ce Palais des Sports de Droujba que Renaud Lavillenie avait réalisé en 2014 son record du monde de 6.16 mètres, justement sous les yeux de Serguei Bubka. Cette édition de 2014 allait en réalité être la dernière, la guerre civile allait éclater quelques jours plus tard en Ukraine.

Ce serait donc pour concevoir un circuit de plusieurs évènements « Perche » à travers le monde, débutant à Moscou, et s’achevant à Donetsk, que Valentin Balakhnichev « pense » avoir reçu ce virement, mais ce projet est demeuré lettre morte.

Bubka, un ami fort de l’athlétisme de la Russie

Serguei Bubka et Valentin Balakhnichev avaient établi des liens d’amitiés à l’époque où le Russe occupait le poste de trésorier de l’IAAF, et alors qu’Ukraine et Russie étaient deux pays amis. Pour le Championnat du Monde de Moscou, on avait aussi découvert que l’Ukrainien avait été un acteur fort de la réussite du rendez-vous moscovite. Comme l’avait expliqué à l’époque Lamine Diack, c’est grâce aux relations personnelles de l’ancien perchiste que les travées du stade avaient pu être remplies par des spectateurs ukrainiens. Serguey Bubka avait présenté à Lamine Diack le président de la Fédération d’haltérophilie de l’Ukraine, et également chef d’entreprise, et celui-ci avait amené chaque jour 2000 salariés pour combler les vides.

A Moscou, Lamine Diack avait profité de la conférence de presse de clôture pour rendre un hommage appuyé à Serguey Bubka, présent à la tribune officielle aux côtés de Vitaly Mutko, le Ministre des Sports de l’époque. Cinq ans plus tard, les donnes ont bien changé, Lamine Diack accusé de corruption, Vitaly Mutko, mise en cause dans le dopage étatique des athlètes de la Russie. Et c’est maintenant au tour de Serguey Bubka de vaciller…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.