Sebastian Coe accusé de mensonges par Dave Bedford sur la corruption de l’IAAF

12 janvier 2017

Dave Bedford accuse Sebastian Coe de mensonges sur la corruption à l’IAAF. L’ex-recordman du Monde du 10000 m et ancien patron du marathon de Londres a témoigné devant une commission parlementaire britannique, et remis en cause les affirmations de Sebastian Coe, affirmant avoir découvert seulement fin 2014, par la télévision la corruption régnant au sein de l’IAAF, où il était alors vice-président.

Sebastian Coe, contraint à stopper sa collaboration avec Nike

Sebastian Coe,

Un témoignage à charge sur Sebastian Coe. C’est celui qu’a livré Dave Bedford devant les parlementaires britanniques. L’ex-recordman du monde du 10.000 m et ancien patron du Marathon de Londres leur a présenté plusieurs éléments qui s’opposent à la version des faits soutenue par Sebastian Coe sur la corruption de l’IAAF sous la présidence de Lamine Diack, et alors que lui-même y était vice-président.

Sebastian Coe a toujours affirmé avoir découvert les problèmes de corruption dans l’instance internationale, à la fin de l’année 2014, et d’une manière toute simple : par le documentaire de Hajjo Seppelt diffusé par la télévision allemande. Un peu léger, semble-t-il pour un homme assumant alors les fonctions de vice-président de l’IAAF, mais Sebastian Coe n’a jamais varié de cette version des faits.

Toutefois Dave Bedford a dévoilé des éléments qui la remettent complètement en cause, puisqu’il affirme avoir évoqué ce problème avec Coe dès l’été 2014, et à nouveau en novembre 2014.

Dave Bedford informé de la corruption par le manager russe Baronov

Dave Bedford s’était retrouvé mêlé à cette affaire d’une manière curieuse. Il avait été averti fin 2011 de problèmes autour du dopage de Liliya Shobukhova, qui avait remporté le marathon de Londres en 2010. Mais c’est le manager russe, Andrey Baronov, qui allait lui révéler que Lidia Shobukhova avait été contrainte à verser des pots de vin à l’IAAF, via la Fédération Russe, pour obtenir que ses contrôles anti-dopage soient falsifiés.

Dave Bedford épaulait alors Andrey Baronov pour rédiger un document officiel qu’il transmettait à Michael Beloff, patron du comité d’éthique de l’IAAF, en avril 2014. Ceci sans aucune réaction de l’IAAF. Dave Bedford s’en inquiétait et en août 2014, il prenait contact avec Sebastian Coe pour l’informer de ce problème. D’abord par téléphone, puis par l’envoi d’un email contenant les documents attestant de ces faits.

BEDFORD

Sebastian Coe n’a jamais nié avoir reçu ce mail, mais a soutenu devant la commission parlementaire britannique qui l’avait convoqué fin 2015, qu’il l’avait transmis à la commission éthique de l’IAAF sans ouvrir les pièces jointes… Une version qui ne manque pas de surprendre Dave Bedford, comme il l’a clairement dit aux députés, d’autant qu’il avait également contacté Sebastien Coe par SMS pour s’assurer qu’il avait bien reçu ces documents…

L’ancien patron du marathon de Londres soutient également avoir évoqué ce problème de corruption dans une conversation du 21 novembre 2014, soit environ 2 semaines avant la diffusion du sujet par la télévision allemande.

Sebastian Coe refuse une nouvelle audition devant la commission parlementaire

Les discordances entre les versions des deux hommes se révèlent ainsi accablantes contre Sebastian Coe, en dévoilant son obstination à refuser tout élément de connaissance sur la corruption régnant en maître à l’IAAF sous la présidence de Lamine Diack, entouré par ses enfants et conseillers spéciaux, plus que border line sur le plan éthique.

A peine la longue audition de Dave Bedford achevée que Damian Collins, le responsable de la commission parlementaire britannique, faisait part de son souhait d’entendre à nouveau Sebastian Coe. Mais immédiatement, l’IAAF publiait un communiqué affirmant que son boss ne se rendrait pas à une telle convocation…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.