Pierre Ambroise Bosse se relance à New York

14 juin 2015
Pierre Ambroise Bosse, moins de 1'44'' à New York

Pierre Ambroise Bosse, moins de 1’44 » à New York

Pierre Ambroise Bosse réalise une belle performance à New York, 3ème du 800 mètres en 1’43’’88. Le protégé de Bruno Gajer se relance après un début de saison timide.

 

Doha, Ostrava, Rome, Zurich, Stockholm, Eugene, Tampere, Lausanne, Hengelo. Pierre Ambroise Bosse s’est rôdé au tour du monde des pistes, et ses pointes ont griffé quelques-unes des plus belles étapes de l’athlétisme mondial. Course après course, il y prend ses repères.

Doha 2013. C’est là, mi-mai, que débute son explosion, avec 1’44’’77 et la 4ème place d’une épreuve dominée par David Rudisha. Quelques semaines plus tard, il torpille son record personnel à Monaco, l’amenant de 1’44’’97 à 1’43’’76, il devient alors le 6ème performer mondial de la saison. Au Championnat du Monde de Moscou, la logique paraît quasi-respectée, avec sa 7ème place, mais ce n’est pas ce qu’il attendait, tant les pronostics le plaçaient sur le podium…

2014. Pierre Ambroise Bosse choisit Eugene pour débuter sa saison fin mai. D’entrée, le repère est excellent, avec 1’44’’44. Deux mois plus tard, à Monaco, il scintille en 1’42’’53 pour basculer dans le club des 1’42’’, et pour un nouveau record de France. Sa deuxième place le propulse sur le devant de la scène mondiale. Quelques semaines plus tard, il supporte une nouvelle désillusion au Championnat d’Europe de Zurich, qui le voit terminer seulement à la 8ème place.

3ème chrono de sa carrière

2015. Le duo Gajer-Bosse renoue avec Doha mi-mai pour un premier meeting. Mais ce n’est plus le Doha flamboyant de l’année 2013, la performance n’est pas à la hauteur des attentes. 1’44’’95, c’est le plus mauvais chrono de début de saison pour Pierre Ambroise Bosse depuis trois saisons. Il remet à nouveau le cap sur Ostrava fin mai pour un 1000 mètres aux allures de débâcle, 2’19’’53 contre 2’15’’37 en 2014. Et sa course de Rome du 4 juin s’inscrit dans la même logique, 1’44’’42, il y avait couru en 1’43’’91 il y a deux ans…

New York arrive enfin pour conjurer le mauvais sort. L’Icahn Stadium, avec son cadre exceptionnel, planté dans la verdure au milieu de Randalls Island, les tours de Manhattan hissées dans le ciel, juste de l’autre côté de la Harlem River, a inspiré Pierre Amboise Bosse. Il boucle son double tour de piste en 1’43’’88. C’est le 3ème chrono de sa carrière, et la première fois qu’il court aussi vite à cette période de l’année…

Pierre Ambroise Bosse renaît dans cette course où David Rudisha revient enfin sur le devant, après des blessures, pour donner un coup de semonce à ses adversaires. Le chrono du Kenyan se situe au niveau de celui de Mo Aman, leader mondial cette saison.

Le signal en direction de Mo Aman, le champion du monde en titre, sonne fort. Mais lors d’une rencontre à Marseille, le jeune Ethiopien nous avait confié qu’il se méfiait de tout le monde, soulignant : « Rudisha est un athlète très fort. Mais il n’est pas le seul. Tous les athlètes sont forts, ils sont plusieurs à courir en 1’43’’. »

A New York, la liste s’est allongée brutalement. Le surprenant Américain Boris Berian y fait irruption d’un coup. Pierre Ambroise Bosse s’y replace. La confiance revenue, il reste maintenant à capitaliser pour un Mondial de Beijing au niveau de ses ambitions.

 Texte : Odile Baudrier
 Photo : Gilles Bertrand