Pascal Machat mis en cause par Emma Oudiou

13 mars 2018

Une affaire délicate est actuellement instruite par la FFA après la mise en cause de Pascal Machat, responsable national des jeunes pour le demi-fond, par Emma Oudiou, double médaillée de bronze au championnat d’Europe Espoir du steeple, pour des accusations de « gestes inappropriés ». La commission de discipline de la FFA a été saisie par le Président.

3000 m steeple oudiou a

L’affaire est délicate à aborder, comme toutes celles dans lesquelles des femmes dénoncent des attitudes d’hommes à leur encontre, dénonçant des comportements déplacés. Voilà déjà plusieurs semaines que bruissent dans le monde de l’athlétisme moult rumeurs autour de la mise en cause de Pascal Machat, responsable national des jeunes pour le demi-fond, par Emma Oudiou.

A l’occasion du stage national effectué au Portugal en janvier, la jeune athlète de 22 ans avait évoqué lors d’une réunion du collectif demi-fond des gestes de Pascal Machat qui l’auraient heurtée dans le passé.

Ces accusations, reprises à son compte par une autre athlète présente, ont alors été relayées auprès de la Direction Technique Nationale de la FFA. Et comme il me l’a été confirmé durant le championnat de France de cross de Plouay par une source fédérale, le Président de la FFA a saisi la commission disciplinaire de la FFA pour statuer sur ce problème.

Emma Oudiou, choquée en 2013 et 2014

Le sujet est délicat, et Emma Oudiou répugne à l’aborder auprès de moi, se bornant à mentionner des attitudes déplacées à plusieurs reprises durant les années 2013 et 2014, qui l’auraient choquée. D’autres témoignages révèlent que la jeune athlète aurait été meurtrie par des gestes effectués par l’entraîneur qui l’auraient dérangée avant son entrée en piste pour une compétition internationale, probablement le championnat d’Europe juniors en 2013 et le Championnat du monde juniors en 2014.

Pascal Machat n’élude pas mes questions, m’affirmant sa totale incompréhension face à cette attitude, mais préfère que les réponses officielles soient formulées par son avocat, Maître Hubert Delarue, qui explique que son client a été convoqué par la Direction Régionale de la Jeunesse et Sports, son employeur, il y a trois semaines, pour avoir été mis en cause pour des « gestes inappropriés. Mais il souligne que l’administration dont il dépend n’a pas informé davantage Pascal Machat  qui ne sait pas précisément « qui l’accuse, de quoi il est accusé, à quelle date il est accusé, par qui il est accusé ».

MACHAT

Pour maître Delarue, les faits sont complètement contestés par Pascal Machat, mais il insiste sur le fait que l’absence d’éléments tangibles ne lui permet pas d’organiser une défense construite. Et pas non plus de déposer la plainte en dénonciation calomnieuse qu’il envisage de faire.

A ce stade, Maître Delarue n’est pas informé qu’une plainte officielle auprès la justice ait été déposée à l’encontre de Pascal Machat, mais simplement d’un « signalement » auprès de la Direction de la Jeunesse et Sports.

La commission disciplinaire de la FFA

La procédure actuellement en cours s’orchestre autour de la Commission Disciplinaire de la FFA, qui est une structure indépendante du Comité Directeur, présidée par un avocat de Toulouse, maître Authamayou, membre de la Commission des Statuts et Réglements à la FFA.

Cette commission dispose d’un délai de 10 semaines pour se réunir et convoquer les personnes concernées. Les services juridiques de la FFA ont transmis tous les témoignages à cette commission, qui va les étudier et se réunir après avoir entendu les plaignantes et la personne mise en cause.

Une procédure lancée par le Président de la FFA après la réception de trois courriers rédigés par trois jeunes athlètes, deux arguant d’attitudes déplacées et une en qualité de témoin.

Président, comme DTN, ont souhaité réagir avec force à ces éléments. D’autant qu’il apparaît qu’en 2014, Emma Oudiou avait évoqué ces faits auprès de son entraîneur, Thierry Choffin, qui avait fait remonter ces informations auprès d’un membre de la DTN de l’époque.

L’affaire se serait alors traitée en direct entre ce membre de la DTN et Pascal Machat, invité à adopter un comportement plus neutre avec les athlètes. Car la déontologie impose des règles strictes aux entraîneurs comme aux professeurs de sport, celles d’effectuer les gestes nécessaires à la pratique sportive sans mettre mal à l’aise leurs élèves…

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand