New York, le marathon des oubliés

7 novembre 2016
Dans la nuit, les derniers coureurs en finissent noyés dans leur solitude

Dans la nuit, les derniers coureurs en finissent noyés dans leur solitude

51 388 finishers, des champions, une poignée, des anonymes par milliers qui pour certains, dans la nuit, alors que Central Park est plongé dans l’obscurité, en finissent de cette odyssée. Dans les larmes, dans les pleurs, dans les embrassades. Des instants d’une telle intensité pour ces hommes et femmes qui ont osé défier l’impossible.

Reportage photographique réalisé par Gilles Bertrand

 

« Vous entendez les médailles cliqueter », la sono inonde encore Central Park plongé dans l’obscurité. Les tribunes se sont vidées, un jeu de lumière arrose cette piste de danse que seules quelques ombres arpentent, le corps penché, parfois désarticulé. La ligne d’arrivée est un puits de lumière qui aspire. Le pire est derrière soi.

Il est 19 heures, sept longues heures après l’arrivée de Mary Keitany, comme un filet d’eau presque asséché, ils sont encore une petite centaine à vaincre l’impossible. Une petite centaine de mètres les séparent du possible. Sur le bord, les flics se dandinant sur du Beyonce, poussent des cris d’oies « tu l’as fait » « tu vas le faire ». Au micro, infatigable, une jeune femme ne se lasse pas de dire et répéter « vous êtes marathoniens ».

Ils sont gros, obèses, boîteux, ils ont osé l’impossible. Forcer la porte de cet empire de la forme, du narcissisme, de la performance. Pour s’y trouver un petit carré de bonheur. Le challenge d’une vie. Il y a Valerie, Adam, Nathaly, Stephan, ils portent presque tous leur prénom brodé, tagué, sérigraphié sur la poitrine. Pour exister. Ils ont eu des malheurs, des peurs, des frayeurs. Ils se sont pris par la main, la droite, la gauche pour dire bye bye au quotidien, à une vie de chien, pour dire merde à la maladie, à l’embonpoint outrageant, désobligeant. Pour oser, noyé dans cette tentaculaire chenille processionnaire, gagner le respect, dire oui à la vie lorsque l’on est en survie.

Ils sont partis tôt, ils sont arrivés tard. Ils ont traversé une ville, un océan, des îles, ils ont largué les amarres, ils se sont dit « y’en à marre » pour se convaincre « pourquoi pas moi ?». Comme sur un vieux rafiot, ils ont trouvé des compagnons de fortune. Ils ont partagé le pain quotidien. Ils se sont faits souffrir à en vomir. Ils ont cru périr et passer par-dessus bord. A ne plus entendre salsa, rumba et makossa distillées ici et là, à ne plus entendre les « good job » vociférés ici et là, partout comme un cri de ralliement.

« Vous entendez le cliquetis des médailles » un jeu de lumière tournoyant arrose ces hommes et femmes, parfois seuls dans leur souffrance, dans cette forme de délivrance improbable, corps chancelants, parfois tirés, tractés, comme s’il s’agissait de fuir l’ennemi, de trouver refuge, de trouver la paix en soi, pour soi. « Vous êtes marathoniens ». Pour toujours ?

> Texte Gilles Bertrand

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-10

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-2

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-9

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-11

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-1

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-18

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-15

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-3

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-4

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-20

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-6

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-8

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-12

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-16

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-17

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-7

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-19

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-5

 

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-22

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-29

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-30

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-32

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-21

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-36

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-37

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-34

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-38

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-42

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-45

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-43

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-44

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-41

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-46

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-47

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-52

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-53

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-57

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-54

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-63

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-61

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-58

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-59

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-55

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-48

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-40

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-56

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-60

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-50

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-49

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-35

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-39

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-26

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-27

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-24

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-25

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-28

marathon-de-new-york-finish-de-nuit-51

L'organisateur (à g.) attend le dernier coureur à franchir la ligne d'arrivée

L’organisateur (à g.) attend le dernier coureur à franchir la ligne d’arrivée