Mondial de cross : la réussite de l’Italie avec Jacob Kiplimo et Irène Cheptai

29 mars 2017
kampala juniors hommes et femmes 10

Jacob Kiplimo

Derrière la victoire de l’Ougandais Jacob Kiplimo chez les juniors et celle de la Kenyane Irène Cheptai chez les femmes, se dissimulent deux entraîneurs italiens. Le jeune Giuseppe Giambrone a conquis à Kampala son premier titre de Champion du Monde. Le vénérable Renato Canova empochait, lui, la 45ème médaille de sa longue carrière de coach.

Texte : Odile Baudrier – Photos : Gilles Bertrand 

 

pop up les crosseuxRenato Canova a probablement dépassé les 70 ans. Mais l’âge ne lui a rien fait perdre de son immense capacité à vibrer, s’enthousiasmer, s’émouvoir sur les performances des athlètes qu’il conseille. Et même à pleurer…Comme il le fait en assistant à l’arrivée victorieuse d’Irène Cheptai sur cette ligne d’arrivée de Kampala. L’Italien peine à dissimuler ses larmes derrière ses grandes lunettes de soleil, alors qu’il se dirige vers sa petite protégée pour une accolade empreinte d’émotion.

L’entraîneur, toujours prompt à mener les analyses techniques les plus fines, a même un peu de mal à reprendre ses esprits pour commenter ce premier titre de la jeune Kenyane de 25 ans, retrouvant un podium sur un Mondial de cross, qu’elle avait atteint dans la catégorie junior, avec la médaille d’argent en 2008.
Irène Cheptai et Renato Canova reviennent de loin. Et même de très loin. Comme il me l’explique, une blessure a perturbé sa préparation, l’obligeant à raccourcir sa présence au camp d’entraînement obligatoire pour les athlètes sélectionnés en Equipe du Kenya : « Elle n’est allée au camp que 2 semaines. Elle est restée avec moi à Iten. Elle a pu profiter de la machine pour la physiothérapie tous les jours. Ce n’est pas possible au camp, car il n’y a pas de machine. Elle a eu une situation différente des autres athlètes. Et on a eu la confirmation qu’elle pouvait réussir… »

Cette démonstration de force présente un goût très particulier pour cet entraîneur devenu une référence depuis au Kenya depuis plus de deux décades : « Moi je suis contre les camps d’entraînement. Tous mes athlètes qui étaient en forme reviennent détruits du Training Camp. Depuis 2010, c’est la 2ème fois seulement qu’homme ou femme, le vainqueur des Trials est le meilleur Kenyan au Mondial de cross. » Ainsi une certaine logique est-elle respectée : « Elle était la numéro 1 tout cet hiver. Irène a battu 4 fois Liliane. »Et dans sa foulée, c’est un carton plein pour le Kenya, qui squatte le TOP 6, un résultat jamais atteint dans l’histoire de ce Mondial.

Renato Canova au micro d'Odile Baudrier

Renato Canova au micro d’Odile Baudrier

Cette médaille d’or de la jeune femme ponctue ainsi une collaboration du duo remontant à près de 2 ans : « Elle est venue me voir quand j’ai eu fini mon contrat avec la Chine. Son mari m’a parlé, elle voulait essayer quelque chose de différent. Je pensais qu’elle pouvait être bonne. L’année dernière, elle a gagné le 10000 m à Palo Alto, en 31’13’’, nouveau record personnel. Puis elle a couru le 5000 mètres en 14’41’’.Mais elle a eu un problème, elle s’est évanouie à la suite d’une infection, dans la dernière semaine avant les trials du Kenya. Elle a fini sa saison comme ça. Au mois d’octobre, on a décidé d’oublier le passé, et de regarder l’avenir. Avec un intérêt particulier pour le cross cet hiver. Et ensuite, on regardera le 10.000 m pour le Championnat du Monde. »

Avec ce titre, Renato Canova étoffe une besace déjà très bien garnie. A ma question sur le nombre de titres de Champion du Monde que ses athlètes lui ont ramenées, il se montre hésitant, et me rétorque : « Je dois faire le calcul !  Je sais que c’est ma 43ème médaille en Championnat du Monde. » Et il recense : « C’est mon 2ème titre femme après Florence Kiplagat en 2009. Pour les hommes, j’ai eu seulement 3 titres pour le cross. J’en ai eu beaucoup beaucoup chez les juniors. Aussi 2 fois avec Shaheen et Christopher Koskei sur le 3000 m steeple, Paul Kosgei sur le semi, Abel Kirui 2 fois sur le marathon. Disons environ 15 titres ! »

kampala seniors femmes 14

Giuseppe Giambrone, nouvel héros pour l’Ouganda

Quelques heures plus tôt, l’émotion n’avait pas été moindre pour Guiseppe Giambrone, submergé, lui, par son premier titre de champion du monde, celui qui lui a ramené Jacok Kiplimo. Dans une ambiance de folie, avec ces milliers de spectateurs littéralement en transe devant la réussite de leur compatriote, capable de prendre la course à son compte pendant plus de 2 kilomètres.

L’histoire pourra ainsi retenir que les escouades du Kenya et de l’Ethiopie ont été pour la première fois depuis 1991 supplantées, et par un jeune Ougandais qui n’affiche que 16 ans et demi. Et cette fois, cet âge semble bien coller à la réalité, tant le visage de Jacob Kiplimo apparaît poupin. Dans le passé, les performances prolixes ont souvent été associées à des juniors visiblement bien plus âgés que leur état civil officiel le laissait supposer. Mais pour le jeune Jacob, les donnes officielles et réelles apparaissent en accord…

Un point très important à considérer les résultats qu’il a engrangés toute la saison 2016, avec une référence énorme, ses 27’26’’68 sur 10.000 m courus en juillet. Une  marque d’anthologie pour tout spécialiste de demi-fond, et qu’il atteint alors qu’il n’a pas encore fêté ses 16 ans…. Jacob Kiplimo aura également le privilège d’être le plus jeune concurrent aux Jeux Olympiques de Rio, il y a couru sur 5000 m, sorti en séries.

Et toute son année 2016 est à marquer d’une pierre blanche, tant il a enchaîné de compétitions et de performances, avec 15 compétitions du 1500 m au 10.000 m, capable de courir 2 fois sur 10.000 m, 6 fois sur 5.000 m, 4 fois sur 3.000 m, sans oublier 2 épreuves de 10 km route. C’est même son premier 10 km route qui marque son apparition dans le top niveau mondial. Il court à Rome en 28’49’’ le 31 décembre 2015, il a fêté ses 15 ans trois mois plus tôt…

Il vient juste alors de débuter sa collaboration avec Giuseppe Giambrone, comme celui-ci me le précise dans l’aire d’arrivée du Kololo Ground de Kampala, grâce à la traduction de Federico Rosa. Le manager italien est l’autre homme clef de la carrière de Jacok Kiplimo, accompagnant l’entraîneur dans son projet : « Nous travaillons ensemble pour développer l’athlétisme des jeunes. Nous le soutenons financièrement et par la logistique. »

Giuseppe Giambrone, ancien coureur, au record de 2h28’ sur marathon, m’explique : « Je l’avais repéré ici en Ouganda. Un mois plus tard, on partait en Italie. » Ce n’était pas si compliqué de détecter le grand talent du jeune coureur, il venait alors à l’été 2015 de briller au championnat national de course de montagne, à Kapchorwa.

Le coach italien a répété la méthode avec 8 autres Ougandais, repérés dans de petites courses locales dans le pays, et qu’il amène jusqu’en Toscane, où ils passent une large partie de l’année, évoluent sous les couleurs du Tuscana Athletics Club.

Un « exil » italien approuvé par la Fédération d’Athlétisme d’Ouganda, dont la présidente Béatrice Ayiforu est justement mariée avec un Italien. Et la Présidente ne dissimule pas dans la presse ougandaise, sa satisfaction d’une telle collaboration, qui a fructifié pour offrir une si belle victoire sur ce terrain de cross, sous les yeux de son Président, Yoweri Museveni, et de la First Lady, également Ministre des Sports.

Jacob Kiplimo s’est ainsi mué en sauveur pour tout un peuple ougandais, peu connaisseur de l’athlétisme, mai s amoureux des victoires hissant les drapeaux au pinacle. Et qu’importe le reste…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : Gilles Bertrand

La saison 2016 de Jacob Kiplimo :

. 31 décembre 2015 : 28’49’’ -10 km de Rome

. 3 février 2016 : 8’17’’96 – 3000 m salle

. 20 février 2016 : 8’12’’93 – 3000 m salle

. 23 avril 2016 : 3’51’’02 – 1500 m

. 1 mai 2016 : 8’09’’88 – 3000 m

. 7 mai 2016 : 3’50’’24 – 1500 m

. 08 mai 2016 : 13’47’’06 – 5000 m

. 14 mai 2016 : 28’26’’30 – 10000 m

. 26 mai 2016 : 13’24’’40 – 5000 m

. 10 juin 2016 : 13’19’54’’ – 5000 m

. 13 juillet 2016 : 7’52’’94 – 3000 m

. 19 juillet 2016 : 27’26’’68 – 10.000 m

. 17 août 2016 : 13’30’’40 – 5000 m (JO)

. 25 septembre 2016 : 13’35’’52 – 5000 m

. 13 novembre 2016 : 28’26’’ – 10 km route