Maria Gonzalez, vice-championne olympique de marche, suspendue pour dopage

13 décembre 2018

Encore un podium des Jeux Olympiques de Rio entaché par le dopage. Cette fois, il s’agit de la Mexicaine Maria Guadalupe Gonzalez vice-championne olympique à Rio, qui est suspendue pour un contrôle positif  aux stéroïdes anabolisants. Elle soutient être une nouvelle victime de la viande contaminée…

 

gonzalez

La viande contaminée a encore frappé. La Mexicaine Maria Guadalupe Gonzalez n’a pas mis longtemps pour justifier son contrôle positif au trenbolone, un stéroïde anabolisant. Ce serait de la viande absorbée dans les jours précédents le contrôle qui l’aurait ainsi souillée.

Cette nouvelle affaire concerne l’une des marcheuses mondiales les plus titrées : vice-championne olympique à Rio, vice-championne du monde à Londres, vainqueuse de la Coupe du Monde 2016 et 2018.

C’est à la mi-novembre que l’Athletics Integrity Unit l’a suspendue à titre provisoire, suite à un contrôle positif remontant à octobre, selon le site espagnol « Deportes ».

Mais dès l’information rendue publique, Maria Guadalupe Gonzalez affirmait à la presse mexicaine qu’elle était en réalité victime de sa consommation d’une viande contaminée par des stéroïdes, comme les éleveurs mexicains en utilisent fréquemment pour faire grossir les bêtes plus rapidement.

Cette explication sera-t-elle retenue par l’Athletics Integrity Unit ? Plusieurs sportifs l’ont utilisée avec succès ces derniers mois. En particulier, son compatriote, le boxeur Saul Canelo Alvarez, positif au clenbutérol, et suspendu six mois seulement. En athlétisme, l’Américain Will Claye, s’est vu exonéré de toute sanction, le triple médaillé olympique avait lui aussi soutenu avoir être contaminé par de la viande contaminée…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

Pas de sanction pour Will Claye, positif au clenbutérol