L’incroyable marathon de la Biélorusse Volha Mazuronak

30 avril 2016

La 4ème place au marathon de Londres de la Biélorusse Volha Mazuronak a suscité  une grande surprise et de nombreuses interrogations autour de ce chrono de 2h23’54’’ réalisé après un 2ème semi marathon couru plus vite que son record personnel sur la distance. Et ses 2.195 derniers kilomètres ont attiré l’attention jusqu’au Japon…

mazuronak 2 r

Volha Mazuronak

 

L’alerte est arrivée d’un « pro » du marathon. Dès le soir du marathon de Londres, David Monti, consultant pour le montage du plateau pour le New York Road Runners club, a disséqué la 4ème place de Volha Mazuronak pour dérouler quelques chiffres implacables.

Sur son tweeter, il a ainsi souligné les performances de la Biélorusse : un record personnel de 2h23’54’’, (soit près de 2 minutes de mieux) – un premier semi-marathon en 1h13’19’’ – un second semi en 1h10’35’’ – les derniers 2195 m en 7’08’’ contre 7’17’’ pour Sumgong, la vainqueuse.

Elle court plus vite que son record sur semi

Ces derniers chronos sont effarants. L’Anglaise Mara Yamauchi les a repris au bond pour les analyser en détails sur son blog. L’ancienne marathonienne, qui a réalisé 2h23’ en 2009, s’intéresse surtout au temps du 2ème semi-marathon : il signifie que Volha Mazuronak a couru 3 minutes plus vite dans la 2ème moitié que dans la 1ère moitié. Et aussi qu’elle court ce 2ème semi plus vite que son record personnel sur la distance, 1h12’02’’ qu’elle a établi en septembre 2015. C’est proprement sidérant. Comme Mara Yamauchi conclut : « Si quelqu’un avec une bonne connaissance du marathon peut donner du sens à cette performance, qu’il me le dise ! »

Mais c’est peut-être son chrono final sur la dernière section, les 2195 mètres, qui a le plus frappé les esprits. Avec 7’08’’, elle a ainsi couru plus vite que les hommes terminant entre la 6ème et la 10ème place. Et c’est du côté du site « Japan Running News » qu’ont été recensées des données chiffrées qui suscitent de grosses interrogations sur la Biélorusse. Ces  informations font la suite d’une étude menée en 2012 au Japon après que plusieurs athlètes du groupe du manager russe Andrey Baranov aient été contrôlées positives dans ce pays.

Elle fait mieux que des marathoniennes qui ont toutes été suspendues

Les analyses s’attardent sur les meilleurs chronos enregistrés dans les 2.195 derniers kilomètres du marathon. On y découvre que les références (2ème semi et section finale) établies ce printemps à Londres par Volha Mazuronak sont meilleures que celles de plusieurs marathoniennes ayant brillé au Japon, et qui été ensuite toutes (sauf une) suspendues pour des anomalies sur leur passeport biologique. Elle supplante également sa compatriote Aleksandra Duliba, qui était la détentrice du record national, qu’elle vient de perdre suite à une suspension pour irrégularités dans son passeport.

ATHLETE PAYS PERFORMANCE CHRONO 1ER SEMI 2EME SEMI 2195 M.
Volha Mazuronak Biélorusse 4ème Londres 2016 2h23’54’’ 1h13’19’’ 1h10’35’’ 7’08’’
Aleksandra Duliba Biélorusse 6ème Boston 2014Performance annulée 2h21’29’’ 1h10’15’’ 1h11’14’’ 7’17’’
Mariya Konovalova Russie 2ème Nagoya 2015Performance annulée 2h22’27’’ 1h11’08’’ 1h11’09’’ 7’22’’
Tetiana Gamera Ukraine 1ère Osaka 2015Performance annulée 2h22’09’’ 1h11’15’’ 1h10’’154 7’18’’
Mariya Konovalova Russie 1ère Nagoya 2014Performance annulée 2h23’43’’ 1h12’’34 1h11’09 7’13’’
Tetiana Gamera Ukraine 1ère Osaka 2014Performance annulée 2h24’37’’ 1h12’12’’ 1h12’’25 7’26’’
Albina Mayorova Russie 1ère Yokohama 2013 2h25’55’’ 1h13’45 1h12’10 7’43’’
Tetiana Gamera Ukraine 1ère Osaka 2013Performance annulée 2h23’58’’ 1h11’40 1h12’18 7’14’’

Les minutes valsent

Les comparaisons s’avèrent peu flatteuses pour Volha Mazuronak, qui effectue ainsi à nouveau un énorme bond en avant cette année. A 27 ans, cette ancienne marcheuse de très bon niveau, (elle avait terminé 5ème sur le 10 km du Mondial junior en 2006,) poursuit ainsi une progression au forceps. Pour ses débuts sur la distance, en 2012, elle pointe deux années de suite en 2h33’, mais elle boucle le marathon de Sacramento en décembre 2014 en 2h27’33’’. Ce sera ensuite deux minutes de mieux en 2015 à Londres, avec 2h25’36’’, avant de retrouver la capitale britannique pour cette puissante démonstration 2016.

Face à cette polémique, les organisateurs de Londres n’ont pas manqué de souligner que Volha Mazuronak était intégrée dans le Pool des athlètes suivis par le Circuit des Marathons Majors, et donc soumise de ce fait à des tests réguliers hors compétition. Et le porte parole du marathon d’insister sur le fait que dès son arrivée à Londres, la Biélorusse avait d’ailleurs été soumise à un test sanguin, en accord à la politique fixée par l’épreuve depuis plusieurs années.

Mais on sait bien que Lilya Shobukhova est passée à travers ces contrôles à plusieurs reprises…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.