Les Etats Unis, l’Australie, la France, plus gros prescripteurs d’AUT

27 septembre 2016

Le débat autour des AUT, Autorisations d’Usage à des Fins Thérapeutiques, fait rage, avec ces questionnements sur les éventuelles dérives dans leurs prescriptions aux sportifs de haut niveau. Les chiffres dévoilés par l’Agence Mondiale Anti Dopage révèlent que trois pays sont de gros prescripteurs d’AUT : les Etats-Unis, l’Australie et la France. Toutefois, pour la France, les autorisations apparaissent en diminution sur l’année 2015, contrairement aux Etats-Unis.

Galen Rupp cette fois sur la route du marathon en attendant l'indoor !!!

Galen Rupp, l’un des nombreux athlètes américains ayant obtenu une AUT (photo GB)

Les Etats-Unis, l’Australie, la France. Le site internet « Sports Integrity Initiative» dévoile le trio leader pour l’autorisation donnée à leurs sportifs de haut niveau d’utiliser des produits normalement inscrits sur la liste des interdits. A eux trois, ils ont en effet distribué 63% des AUT recensés par l’AMA, soit 839 AUT sur un total de 1330 acceptées durant l’année 2015.

Toutefois l’enquête menée par Andy Brown est à prendre avec certaines précautions, elle n’a pu être conduite qu’à partir des chiffres divulgués par les différentes instances anti-dopage nationales, et il est notable que ces informations ne figurent pas sur les rapports annuels de certains pays, comme la Chine ou encore la Grande Bretagne…

La France est ainsi distinguée pour ses 205 AUT accordées en 2015, à rapprocher du nombre de 78 recensées pour le Canada et de 49 pour l’Allemagne. Toutefois les chiffres démontrent une volonté certaine de l’AFLD de limiter ces autorisations. Leur nombre diminue nettement au fil des années (moins 20% entre 2015 et 2014), et le pourcentage de refus est élevé, avec plus de 50% des demandes formulées rejetées par les experts médicaux chargés de statuer.

Plus de 60% des AUT acceptées aux Etats Unis

On se retrouve ainsi loin de la situation des Etats-Unis, et de l’Australie, où près de 60% des demandes sont accordées. Autant d’exceptions qui ont amené l’USADA, l’agence anti-dopage américaine, à enregistrer une forte augmentation des AUT reçues et validées : 275 AUT sur 466 demandes ont été enregistrées en 2014, et on passe à 402 accords sur 653 demandes. Soit 62% d’accords.

En quelques semaines, les hackers de « Fancy Bears » ont diffusé les éléments sur les AUT de 107 athlètes issus de 23 pays, et majoritairement des Etats-Unis. Une manière très offensive d’attirer l’attention sur cette pratique révélant un certain laxisme des instances sportives.

Les conséquences de ce hacking pourraient se révéler très dommageables pour l’Agence Mondiale Anti-Dopage, qui s’est révélée incapable d’empêcher les intrusions dans ses fichiers. Certains athlètes réfléchiraient à une plainte contre l’instance mondiale, pour violation de leur vie privée….

 > A lire également : Le dopage autorisé avec les AUT   et Robert Harting mis en cause par Fancy Bear pour ses AUT

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.