Le président de la Fédération de Biélorussie, suspendu pour dopage

31 mars 2015

Vadim Devyatovsky, ancien lanceur de marteau, avait été nommé Président de la Fédération d’Athlétisme de Biélorussie. Mais l’IAAF l’a suspendu de cette fonction dans l’attente d’une décision sur son contrôle positif.

Le podium des JO 2008, avec Vadim Devyatovsky médaillé d'argent

Le podium des JO 2008, avec Vadim Devyatovsky médaillé d’argent

L’athlétisme de Biélorussie s’est choisi un drôle de Président. Vadim Devyatovsky a bien sûr le profil idéal de l’ex-athlète avec sa médaille d’argent des Jeux Olympiques de Pékin.

Mais le lanceur a également subi trois contrôles anti dopage positifs ! Le 1er aux JO de Sydney, le 2ème justement lors des JO 2008, le 3ème concerne son échantillon prélevé lors du Championnat du Monde 2005, qui a été re-testé il y a deux ans.

La première suspension avait duré 2 ans. La seconde a été annulée par la suite par le Tribunal Arbitral du Sport pour un vice de forme. La troisième demeure encore en examen auprès du TAS, il devrait s’agir d’une sanction à vie, compte tenu de sa récidive.

Mais l’IAAF considère d’ores et déjà que Devyatovsky demeure suspendu tant que son cas n’est pas réglé. Et par conséquence, il se retrouve interdit pour cette fonction de dirigeant de la Fédération.

Le lanceur, lui, joue les ingénus, affirmant à l’AFP qu’il pensait sa suspension levée par la Biélorussie….Et s’appuyant sur l’absence de réaction à sa nomination il y a six mois par l’IAAF. Mais les donnes ont changé dans l’instance internationale, visiblement moins laxiste face à certains dérapages.

Le lanceur était l’un des 6 athlètes suspendus en 2013 après que de nouveaux contrôles aient été effectués sur les prélèvements effectués au Mondial 2005. Lors de ce Mondial, Devyatovsky avait terminé 2ème derrière Ivan Tsikhan, qui faisait également partie de ce groupe de 6. Par ricochet, le Biélorusse se retrouvait provisoirement premier !

Un titre de champion du monde et un poste de président de Fédération, c’est l’enjeu du verdict du Tribunal Arbitral du Sport de Lausanne …

    Texte : Odile Baudrier