Le Medley Distance Relay à nouveau sur le devant de la scène

11 février 2015
Le MDR est une forme de relais très prisée aux Etats Unis

Le MDR est une forme de relais très prisée aux Etats Unis

Le Medley Distance Relay sera intégré au programme des prochains championnats du Monde de relais. Ce qui explique le regain d’intérêt pour cette formule consistant à enchaîner 1200 – 400 – 800 et 1600 mètres.

 
DMR comme Distance Medley Relay. Il faut traîner dans les stades universitaires américains ou bien dans quelques meetings de printemps consacrés au relais comme les Drake Relays ou bien les Texas Relays pour connaître la signification exacte de ce terme désignant en trois lettre un genre très spécial de relais.

Il s’agit d’enchaîner 1200 m – 400 m – 800 m et 1600 m pour réunir dans une équipe de 4 un quatuor élargi ratissant dans le sprint long et le demi fond.

Jusqu’alors on ne prêtait guère attention à cette formule bizarre proposant notamment deux distances non étalonnées sur l’échelle du demi-fond, le 1200 mètres et le 1600 mètres, certes très proche du mile (1609 mètres). Mais d’un point de vue spectacle, la formule a du bon. Le public américain en raffole, un après midi dans les tribunes du stade de Philadelphie lors des Penn Relays et vous vous prenez au jeu de ces rondes enflammant un stade bourré de connaisseurs et amoureux de l’athlé.

Cet hiver par deux fois, le record du monde du DMR a été battu sur le sol américain, une première fois sur la piste de l’Armory Track, par une équipe masculine composée de Matt Centrowitz (2’49 »47 sur 1200), Michael Berry (46 »40 sur 400), Erik Sowinski (1’47 »60 sur 800) et pour conclure Pat Casey (3’56 »48 sur 1600). Temps final, 9’13 »93.

Le DMR prend la place du 4 x 1500 m au Mondial de relais

Trois semaines plus tard, c’est une équipe féminine qui est venue toucher le bâton en or. Au pied du panneau d’affichage, quatre jeunes femmes, quatre grands sourires, quatre bouquets de fleurs jaunes dans les mains, le public debout dans les travées du dôme de Boston pour les ovationner et 6 chiffres en jaune : 10’42 »57 réalisé par Brenda Martinez, Mahogany Jones, Megan Krumpoch et Sarah Brown, un team monté de toute pièce par New Balance le partenaire titre du meeting de Boston.

Alors pourquoi un tel engouement et ce sursaut médiatique à propos d’une formule de relais, vieux héritage du sport universitaire américain ?

La Fédération Internationale qui a créé l’an passé les championnats du monde de relais a décidé d’introduire le DMR dès la prochaine édition de ce Mondial qui aura lieu à nouveau à Nassau aux Bahamas début mai. Exit le 4 x 1500 mètres qui avaient été remporté en 2014 par le Kenya battant au passage le record du monde en 14’22 »22. C’est donc le DMR qui prend sa place dans le programme d’un Mondial qui a encore besoin de trouver sa place et sa légitimité.

Et nul doute que le Kenya sera encore imbattable compte tenu de son réservoir sur 400 et 800 mètres. Même la France pourrait se trouver en meilleure position pour s’inviter à la fête du MDR. Jouons les DTN ! Pourquoi pas une dream team composée de Florian Carvalho sur le premier 1200 passant le bâton à Mame Ibra Anne pour un seul tour de piste. Pierre Ambroise Bosse tendant la main pour prendre le relais suivant sur 800 et à charge pour Yoann Kowal de conclure. Pas mal non !

> Texte et photo Gilles Bertrand