Le Jamaïcain Nesta Carter, positif aux JO 2008

3 juin 2016

Nesta Carter ferait partie des athlètes contrôlés positifs lors des JO 2008 après les analyses rétroactives menées par le CIO. Le voile a été levé par le « Jamaïca Gleaner », coupant court aux supputations sur le nom du Jamaïcain concerné par ce dopage. Le Sprinter fait partie du TOP 8 mondial sur 100 mètres, avec ses 9’’78 réalisés en 2010, et on l’avait retrouvé en bronze sur le 100 mètres lors du Mondial 2013. Mais c’est surtout dans les relais 4 fois 100 mètres que Nesta Carter avait brillé, avec deux fois l’or à Pékin, donc, puis à Londres, et quatre fois l’or en Championnat du Monde.

Nesta Carter

Nesta Carter

La Jamaïque retenait son souffle depuis que le quotidien « Jamaïca Gleaner » avait révélé il y a deux jours qu’un athlète jamaïcain faisait partie des athlètes contrôlés positifs aux JO 2008 après analyse rétroactive des échantillons de l’époque. Très vite, l’information avait circulé qu’Usain Bolt n’était pas cet athlète, et les supputations allaient donc bon train pour découvrir son identité.

Ce sont à nouveau les journalistes du « Jamaïca Gleaner » qui ont levé le voile sur cet inconnu pour désigner Nesta Carter. Et ce n’est vraiment pas n’importe qui ! D’abord parce qu’il pointe dans le top 10 mondial de tous les temps, avec ses 9’’78 réalisés en 2010. Ensuite pour ses médailles. A titre individuel, le décompte est vite fait, une seule, en bronze obtenue au Mondial 2013. Mais en qualité de membres du relais, Nesta Carter a brillé depuis 2007, en ramenant deux médailles d’or olympiques à la Jamaïque, en 2008 donc, puis en 2012 et quatre médailles mondiales, en 2007-2011-2013-2015. Autant dire que ce contrôle positif va affecter ses compatriotes du relais de Pékin, en l’occurrence Michael Frater, Asafa Powell, et bien sûr Usain Bolt, qui perd ainsi une breloque dans son palmarès…

L’affaire ne va certainement pas faire sourire Usain Bolt, très soucieux de son décompte de médailles olympiques comme on avait pu l’observer à Londres. Et d’autant plus que Nesta Carter fait partie du groupe d’entraînement MVP comme Maximising Velocity Power, dirigé par Stephen Francis, et ennemi juré de Glen Mills l’entraîneur d’Usain Bolt et du RTC. La guerre des coachs tourne une nouvelle fois au désavantage de Stephen Francis…

Le Methylhexaneamine, une multitude de contrôles positifs

C’est du Methylhexaneamine qui a été découvert dans l’échantillon de Nesta Carter. Cette molécule a déjà beaucoup fait parler d’elle, en provoquant de très nombreuses suspensions dans des sports très divers.  Tout récemment, c’est chez Kheiredine Merzougi, un footballeur algérien qu’elle était détectée, et la liste des sportifs suspendus après son utilisation est longue, avec joueurs de base ball, boxeurs, spécialistes de bobsleigh…

Côté athlétisme, on retrouve Ludwick Mamabolo, le vainqueur des Comrades en Afrique du Sud en 2012, ou encore Amantle Montsho, la spécialiste du 400 m du Botswana, championne du monde en 2011, et suspendue deux ans début 2015. Dans les différents cas, les sportifs incriminés avaient argumenté sur l’ingestion dans une boisson diététique.  Et il est vrai que le Methylhexaneamine  était souvent présente dans certaines boissons, parfois sous des noms très divers, on en recense une trentaine, comme la DMAA, forthane, Geranamine.

La Methylhexaneamine, une molécule stimulante et… dangereuse

Pourquoi la Methylhexaneamine est-elle inscrite sur le tableau des produits interdits de l’Agence Mondiale anti-dopage ? Parce que médicament conçu à l’origine comme décongestionnant nasal, elle agirait sur la contraction des vaisseaux sanguins, avec un impact sur le cœur et les poumons. Mais c’est aussi dans un souci sanitaire que la la Methylhexaneamine est interdite. Car la molécule a été mise en cause dans plusieurs décès, comme celui de la jeune marathonienne Claire Squires, décédée tragiquement à l’arrivée du marathon de Londres en 2012, et qui avait absorbé une boisson diététique la contenant.

Avec ce contrôle positif, Nesta Carter devrait supporter une suspension de 18 mois ou deux ans, qui ne le perturbera probablement pas beaucoup. Le sprinter de 30 ans avait déjà mis fin à sa saison 2016 suite à une blessure.

Il ne reste plus qu’Usain Bolt

Toutefois, il rejoindra la liste des sprinters du top 10 mondial dont l’image se voit entachée par le dopage. On peut maintenant pointer du doigt Yohan Blake (9’’69) – Tyson Gay (9’’69) – Asafa Powell (9’’72) – Justin Gatlin (9’’74) – Nesta Carter (9’’78) – Maurice Greene (9’’79)  qui ont tous été impliqués après ces performances par une sale affaire… Sans oublier les chronos purement et simplement supprimés de Tim Montgomery (9’’78) et Ben Johnson (9’’79).

Il ne reste donc plus sur la liste des moins de 9’’79 qu’un seul athlète à la réputation intacte. Usain Bolt bien sûr, avec ses stratosphériques 9’’58…

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : IAAF