Le boycott de New Balance après l’élection de Donald Trump

14 novembre 2016

La marque New Balance se trouve au cœur d’une polémique et d’un début de boycott après que la seule marque de chaussures produisant encore aux Etats-Unis, se soit réjouie de l’élection de Donald Trump, hostile au projet de l’administration Obama, prévoyant la baisse des taxes douanières. Mais dans un climat très tendu après cette élection surprise et des mois d’une campagne agressive, une grande hostilité est apparue contre New Balance, véhiculée par les réseaux sociaux, avec appel au boycott, et incitation à jeter ses chaussures NB ou à les brûler….

 

new-balance

Les images sont saisissantes, et s’empilent les unes sous les autres sur le compte Twitter intitulé #newbalance donald. Sur l’une, on voit une jolie paire de New Balance jetée dans une poubelle de bureau. Sur une autre, la paire de chaussures prend feu…

#newbalance donald, un nom bien choisi pour résumer la polémique relayée sur ce compte Twitter, sur l’attitude de New Balance envers Donald Trump après son élection présidentielle.

A l’origine de cette agitation, ce commentaire effectué par Mathew LeBretton, vice-président de New Balance, au lendemain de l’élection : « L’administration Obama a fait la sourde oreille avec nous, et franchement avec l’élection de Trump, nous sentons que les choses iront dans la bonne direction. »

A peine cette phrase relayée par un twitt puis un article de la journaliste Sara Germano du Wall Street Journal que New Balance se voyait prise à partie, comme première société à soutenir officiellement Donald Trump, et dans le climat tendu post-élection, débutait un appel au boycott des chaussures NB, trouvant rapidement un écho large auprès des électeurs déçus d’Hillary Clinton. Et les communiqués suivants de New Balance n’y changeront pas grand-chose. La marque y souligne que cette phrase est strictement liée au TPP, et ne doit pas être interprétée comme un soutien général à Trump.

New Balance et Nike s’opposent sur le TPP créé par Barack Obama

Le TPP, c’est quoi ? Il désigne le « Trans Pacific Partnership », un accord commercial conçu il y a déjà plus d’un an par le Président Obama en vue de diminuer les taxes douanières s’appliquant aux entrées de marchandises provenant de divers pays, et en particulier le Vietnam. Or New Balance et Nike se sont largement opposés sur ce concept de baisse de taxes. New Balance y était complètement hostile, estimant qu’il ne lui serait plus possible de poursuivre sa fabrication aux Etats Unis. Nike approuvait ce projet, avantageux pour elle qui produit essentiellement au Vietnam, et argumentant qu’il permettrait de générer la création de 10.000 emplois dans les années à venir. Une idée largement débattue dans les colonnes du Wall Street Journal, en particulier au printemps 2015, au moment où Barack Obama effectuait une visite de ses locaux de Portland, affichant ainsi un soutien fort à Nike.

A l’opposé, Donald Trump n’a jamais fait mystère de son hostilité à ce TPP, d’où le commentaire du boss de New Balance. Mais en réalité, le Républicain n’était pas le seul à s’opposer à cette évolution, Hillary Clinton, comme Bernie Sanders, avaient eux aussi dévoilé qu’ils y étaient hostiles.

Toutefois dans le climat tendu prévalant après l’élection Trump, la phrase du boss de New Balance ne pouvait évidemment que mettre le feu aux poudres. Au propre, comme au figuré, comme en témoignent les photos de ces jolies chaussures New Balance qu’on brûle avec une grosse allumette….

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : D.R.