Lazarus Too, vainqueur du marathon de Tours, est suspendu pour dopage

4 octobre 2018

Lazarus Too, le récent vainqueur du marathon de Tours, est sous le coup d’une suspension de deux ans pour dopage. Le coureur avait été contrôlé positif à Shenzen en décembre 2016. La sanction officielle a été prise en avril 2018, et publiée tout récemment par l’agence Anti Dopage du Kenya. Pourtant depuis le début de sa suspension, en juillet 2017, Lazarus Too a été très présent dans les courses sur route françaises, de Tours à Vannes en passant par Sedan Charleville.

 

LAZARUS TOO

C’est Eric Navarre, journaliste de la Nouvelle République, qui a été alerté sur la situation de Lazarus Too, quelques jours après sa victoire sur le marathon Loire Valley de Tours, en 2h12’29’’. Selon ses informations, le Kenyan serait sous le coup d’une suspension pour dopage depuis juillet 2017.

Quelques recherches plus tard, il apparaissait qu’effectivement Lazarus Too avait remporté cette épreuve, bien qu’il soit suspendu pour deux ans, depuis le 7 juillet 2017. Ceci suite à un contrôle positif au furosemide, produit de la catégorie des diurétiques et produits masquants, survenu au marathon de Shenzen en Chine le 4 décembre 2016, qu’il avait également gagné, en 2h14’30’’.

Et ce n’est pas la seule largesse avec les règles anti-dopage que Lazarus Too s’est octroyé. Car on le retrouve à l’automne 2017 sur les podiums de plusieurs épreuves françaises, à Vannes, où il finit 3ème, puis déjà au marathon de Tours, avec la 2ème place, à Sedan Charleville, 5ème, au semi de Niort, qu’il gagne.

18 mois de procédure avant la sanction

Autant de compétitions disputées alors qu’il sait depuis le mois de juillet 2017, que son échantillon a été positif, et qu’il fait l’objet d’une suspension provisoire par l’ADAK (Agence anti-dopage du Kenya) à partir du 7 juillet 2017.

Mais ce n’est qu’en avril 2018 que se tiendra l’audience officielle sur le cas de Lazarus Too, avant la sanction d’une interdiction de 2 ans, prise le 13 septembre 2018, et révélée publiquement tout récemment, le 29 septembre 2018, avec la diffusion par l’Agence Anti Dopage du Kenya d’une liste de 14 nouveaux athlètes kenyans suspendus, dans laquelle figure le marathonien.

LAZARUS TOO 2

Pourquoi un tel décalage entre le contrôle positif de décembre 2016 et la sanction officielle de septembre 2018 ? Parce que les demandes de reports d’audiences et de dépôts de documents se sont succédées pendant plusieurs mois, à la demande de Lazarus Too et de ses avocates, Maitre Ochwada et Olembo, agissant « pro-bono », après que l’affaire ait été portée devant le Tribunal Judiciaire des Sports du Kenya. La lecture de la décision prise par ce Tribunal, diffusée sur le site de l’agence anti-dopage du Kenya, s’avère édifiante, sur la volonté de Lazarus Too de profiter de toutes les failles pour retarder la prise d’une décision…

Dès le début, le marathonien a contesté les faits de dopage, réfutant l’utilisation de furosemide, et affirmant avoir utilisé des médicaments délivrés par un pharmacien en raison d’un problème de hanche et d’amibes. C’est ainsi a posteriori qu’il livrait la liste des produits utilisés avant le marathon de Shenzen : du tramadol (anti-douleur), du Voltarène (anti-inflammatoire), des tablettes d’Acepar (anti-douleur), du Diclofenac (anti-inflammatoire), des comprimés d’Agliflo-Oz, contenant de l’ofloxacine (antibiotiques) et ornidazole (anti-infectieux), des tablettes de Senidol (anti-vertiges). Sans oublier aussi un supplément nommé « Animal Pak », et les boissons énergisantes : Monster – Power Horse et Shark.

Un sacré complexe que Lazarus Too avait soigneusement évité de mentionner lors de son contrôle anti-dopage à l’arrivée du marathon de Shenzen… Mais aucun de ces médicaments ne peut expliquer que Lazarus Too se retrouve positif à la furosémide, interdit par la réglementation anti-dopage pour ses propriétés de produit masquant.

En Chine et en France

Ce contrôle confirme une nouvelle fois que les dérives au Kenya touchent des athlètes de niveau intermédiaire, ceux qui brillent chaque semaine sur les podiums à travers le monde entier. Lazarus Too, 30 ans, a débuté sur marathon en 2013, avec un chrono de 2h15 à Nairobi, et l’année suivante, il est présent au Marathon de Rennes en 2h10’57’’, qui demeure encore son record. Durant les années 2015 et 2016, c’est en Chine qu’on le retrouve, et il ne réapparaîtra en France qu’à partir du printemps 2017, au marathon du Mont St Michel, qu’il remporte en 2h13’51’’.

Il se sait très probablement sur la sellette après avoir subi un contrôle anti-dopage à Shenzen, et dès cette période,il se limite alors à la France, multipliant les compétitions tout l’automne. Toutes ces épreuves devraient maintenant supprimer de leur classement cet usurpateur qui les a dupées,…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.