Lamine Diack, à nouveau mis en examen par la justice française

15 septembre 2018

Les péripéties judiciaires sont loin d’être achevées pour Lamine Diack. L’ancien président de l’IAAF, déjà accusé de corruption, est maintenant mis en examen pour abus de confiance. La justice française l’accuse d’avoir favorisé son fils, Papa Massata Diack, au détriment de l’IAAF.

 

15th IAAF World Athletics Championships Beijing 2015 - Day Nine

L’épilogue se profile-t-il à l’horizon ?? Les péripéties judiciaires n’en finissent pas de rebondir pour Lamine Diack. Après près de trois ans d’enquête, la justice française ajoute une nouvelle mise en examen à l’encontre de l’ancien président de l’IAAF, maintenant âgé de 85 ans.

Cette fois, il ne s’agit pas de corruption, mais d’abus de confiance. Le juge anticorruption Renaud van Ruymbeke, chargé de ce dossier complexe, a dévoilé les mauvaises pratiques de Lamine Diack, visant à favoriser son fils, Papa Massata Diack.

Selon les éléments dévoilés par l’AFP, Lamine Diack est accusé d’avoir permis à son fils d’empocher de grosses sommes sur les contrats signés entre l’IAAF et divers partenaires de l’institution. Ainsi il est question d’une somme de 10 millions d’euros sur un contrat avec la banque russe VTB, et aussi des versements de Samsung, du chinois Sinopec, d’Abu Dhabi Corporation et de la télévision chinoise CCTV.

En cause également la collaboration avec le groupe japonais de publicité Dentsu, qui était chargé de commercialiser les droits télé et marketing de l’IAAF, et que Lamine Diack aurait renouvelé dès l’été 2014 pour la période 2020-2029, et alors même que sa présidence allait s’achever en 2015.

Lamine Diack, la corruption aussi pour les JO de Rio, de Tokyo, les mondiaux du Qatar et d’Eugene ??? !!

Autant d’éléments que le juge van Ruymbeke a pu découvrir dans les contrats de partenariats signés par l’IAAF entre 2008 et 2015, qui lui ont été remis par Sebastien Coe, visiblement très désireux de collaborer à cette enquête, s’étendant sur une période où il assumait les fonctions de vice-président de l’IAAF…

DIACK PAPA MASSATAAu printemps, une confrontation entre Sebastien Coe et Lamine Diack avait même été programmée, avant d’être annulée au dernier moment par les avocats de Lamine Diack, avançant un problème de santé de leur client. A 85 ans, l’ex-président de l’IAAF demeure toujours confiné en France, la justice française lui ayant interdit la sortie du territoire. Son fils, Papa Massata Diack, lui, se refuse à quitter le Sénégal pour faire face à la justice française, malgré les éléments à charge contre lui.

Les dossiers noirs s’accumulent pourtant contre lui et son père. Avec d’abord, les accusations de corruption, pour les sommes reçues d’athlètes russes pour couvrir des cas de dopage. Maintenant, cette mise en cause pour abus de confiance. Et de l’autre côté de l’Atlantique, c’est encore de corruption qu’il est question, pour les attributions des Jeux Olympique de Rio, les Championnats du Monde d’athlétisme pour le Quatar en 2019 et pour les Etats-Unis en 2021. Les choses ne seraient pas non plus très claires pour les JO de Tokyo 2020.

Glauque et inquiétant. Autant de dérives financières et d’actes douteux, et personne n’a rien vu à l’IAAF pendant tant d’années ???

  • Texte : Odile Baudrier

Photo : D.R.

Papa Massata Diack, la corruption aussi aux JO de PyeongChang

Corruption à l’IAAF : Sebastien Coe sera confronté à Lamine Diack

Lamine Diack, toujours interdit de quitter la France

L’impact de l’affaire Diack au Sénégal

Lamine Diack, corrompu pour soutenir le président du Sénégal ?

Le scandale autour de Lamine Diack serait énorme