L’affaire des seringues d’Iten crée des remous au Kenya

12 mai 2020

La photo de seringues trouvées sur le stade d’Iten a provoqué de gros remous au Kenya. La Fédération d’athlétisme veut maintenant réglementer les accès des étrangers dans les camps d’entraînement. Son président souhaite aussi que les passeports des ex-dopés soient définitivement annulés, et qu’ils soient interdits à vie de compétition. Des positions extrêmes qu’on a déjà entendues, mais restées lettre morte jusqu’alors !

La prison. L’annulation des passeports. L’interdiction de compétition à vie, au Kenya, et dans le monde entier. Le pire est promis aux dopés du Kenya. Avec en maîtres des sanctions Jack Tuwei, le Président de la Fédération d’athlétisme, et Paul Tergat, le président du Comité National Olympique.

L’ébullition apparaît à son comble en ce début mai. Une simple photo a semé la panique au Kenya. Celle de ces seringues retrouvées sur le stade d’Iten, diffusée par le Norvégien Arve e bergan, et reprise par les sites de référence que sont « Inside the Games » et « SportsIntegrity ». Or, sur la lancée, tombait l’information de deux nouvelles suspensions de Kenyans. Soit un total de 55 athlètes du Kenya mis en cause pour dopage.

Cette fois, trop c’est trop. C’est le sentiment qui prévaut dans ces réactions ulcérées. Mais ce n’est pas la première fois que le Kenya bruisse de grandes déclarations d’hostilité contre les dopés, constamment promis au pire.

Et ensuite ? La déflagration s’éteint. Les menaces restent sans suite. Comme me le souffle un proche de l’Athletics Integrity Unit : « Ce sont toujours les mêmes paroles. Les mêmes promesses. Mais rien ne change. Il leur faut plus de claques ! Sinon, ils risquent de tout perdre… »

Le marathon apparaît en grand danger, tant les organisateurs des grandes épreuves internationales se montrent ulcérés par cette lente descente aux enfers de coureurs ayant terminé sur leurs podiums ces dernières années, comme récemment pour Boston ou Londres.

Un banissement pour les JO ou pour les grands marathons ???

Les gros mastodontes du marathon pourraient-ils se priver des Kenyans ? L’idée avait déjà émergé en 2015, et le risque est d’autant plus grand que la crise économique pourrait atrophier les budgets.

Paul Tergat, sept fois champion du monde de cross, deux fois médaillé olympique, marathonien en 2h04’, et devenu président du Comité National Olympique, ne dissimule pas son inquiétude, a-t-il expliqué au « Standard Media » : « Au rythme actuel, le Kenya risque d’être banni des Jeux Olympiques ou des marathons des grandes capitales. » Et les plus clairvoyants n’hésitent pas à s’inquiéter aussi de possibles sanctions à l’image de la Russie, une référence qui revient souvent.

Dans cette tourmente, le Président Tuwei a trouvé ses boucs émissaires : les étrangers en trop grand nombre au Kenya. Pour lui, certains sont complices du dopage, et d’autres sont tout simplement accusés de monter de faux témoignages sur les camps d’entraînement pour créer des titres sensationnels. On en revient à cette fameuse photo !!

Ø  Texte : Odile Baudrier

Ø  Photo : D.R.