La guerre des 2 heures bat son plein

20 février 2017

En ce début 2017, l’idée d’un marathon sous les 2 heures agite la planète running, et deux projets s’affrontent, « Breaking 2 » orchestré par Nike autour d’Eliud Kipchoge et « Sub2 » s’appuyant sur Kenenisa Bekele et Wilson Kipsang. La pression monte entre ces deux initiaves avec un premier rendez-vous majeur au marathon de Tokyo pour Wilson Kipsang, en attendant que l’équipe Nike dévoile l’endroit et la date du marathon où son trio de coureurs tentera de s’approcher de cette barrière dantesque.

Eliud Kipchoge et l'équipe Nike

Eliud Kipchoge et l’équipe Nike

La guerre des 2 heures bat son plein, avec trois projets bâtis autour de cette idée de gommer cette barrière dantesque. Si le projet Adidas demeure encore très mystérieux, les deux autres équipes, celle de « Sub 2 » et de « Breaking 2 » par Nike, travaillent d’arrache pied, avec des objectifs à très court terme en ligne de mire.

Yannis Pitsiladis, patron de "SUB 2"

Yannis Pitsiladis, patron de « SUB 2 »

« Sub 2 », première initiative lancée au printemps 2016 par le physiologiste Yannis Pitsiladis, espérait le meilleur pour le marathon de Dubaï avec Kenenisa Bekele, qui ne dissimulait pas chercher à supplanter le record du monde. Mais une drôle de chute au départ a torpillé l’initiative, et l’équipe a reporté tous ses espoirs sur Wilson Kipsang en lice pour le marathon de Tokyo du 26 février prochain, avec l’espoir que le Kenyan au record personnel de 2h03’13’’ pourra l’éclipser.

L’enjeu est important pour démontrer que « Sub 2 » tient la route face à l’autre projet, celui dévoilé par Nike en début d’année, et orchestré autour du Kenyan Eliud Kipchoge, champion olympique en titre, de l’Erytréen Tadesse, de l’Ethiopien Lelisa Desisa.

Une équipe de 20 personnes sur le terrain

Si l’équipe de SUB 2 manque visiblement de moyens, n’hésitant pas sur son site et dans ses communiqués à appeler aux dons, Nike a déployé la grosse artillerie pour « Breaking 2 », qui aurait en réalité débuté dans l’ombre depuis déjà deux ans, et a constitué un groupe d’une dizaine d’experts dans tous les domaines, des biocmécaniciens aux physiologistes en passant par les nutritionnistes.

Ils ont ainsi été une vingtaine à se déplacer auprès des trois marathoniens, au Kenya, en Ethiopie et en Espagne pour y effectuer moult mesures et analyses, le tout sous l’œil de photographes. Nike a même diligenté à Kaptagat près d’Eldoret une équipe d’Hollywood pour un documentaire consacré à Eliud Kipchoge.

Eliud Kipchoge

Eliud Kipchoge

Il faut dire qu’il y a matière à un sacré sujet à suivre au quotidien Eliud Kipchoge, qui tout champion olympique qu’il soit, vit à la spartiate en camp d’entraînement, les repas cuits au feu de bois et l’eau tirée avec une simple pompe.

Un contraste saisissant avec les gros moyens techniques déployés sur place par l’équipe Nike qui multiplient électrodes et autres instruments pour effectuer les mesures de ses stocks de glycogène ou encore sa VO2.

Le point d’orgue de tout ce travail devrait avoir lieu en mai lors d’un marathon spécialement organisé par Nike pour son trio. Mais la marque tarde à révéler la date et le lieu de cet évènement très particulier, qui pourrait être un circuit automobile en Europe ou aux Etats-Unis, afin que le trio des coureurs puisse être suivi à la loupe dans cette tentative très particulière.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Nike