La chaussure Nike, pour un marathon en moins de 2 heures

11 mars 2017

La nouvelle chaussure créée par Nike intègre une plaque en fibre de carbone, qui apporte une propulsion plus forte, avec l’ambition qu’elle permette de courir le marathon en moins de 2 heures. Le trio Kipchoge-Tedesse-Desisa l’a testée cette semaine sur un semi-marathon organisé sur le circuit automobile de Monza en Italie, qui servira aussi de cadre en mai à leur tentative de « Breaking 2 ». Toutefois l’IAAF veut examiner cette nouvelle chaussure pour apprécier si elle respecte les règles prévues.

Nike_Zoom_Vaporfly_Elite_JPEG_native_600

 

Une plaque en carbone glissée dans la semelle. C’est la nouveauté introduite par Nike dans sa « Nike Zoom Vaporfly 4% », tout nouveau modèle dévoilé à l’occasion du semi-marathon test mis sur pied cette semaine dans le cadre du projet « Breaking 2 ».

Les trois coureurs du projet, Kipchoge-Tedesse-Desisa ont enfilé cette chaussure, qui annonce d’entrée la couleur avec son nom. Comme le dévoile le communiqué officiel Nike, ce chiffre de 4% correspond au gain d’énergie que cette chaussure permettrait d’atteindre par comparaison à un modèle classique. Ce serait donc la « botte secrète » pour que la barrière des 2 heures soit torpillée, ou au minimum approchée, comme rêvent de le faire Eliud Kipchoge ou Kenenisa Bekele.

Nike_Zoom_Vaporfly_Elite_2_native_600

Mais cette évolution technologique ne fait pas que des heureux, et les réactions de quelques spécialistes en témoignent, avec en particulier le Sud Africain Ross Tucker, connu pour son blog « The Science of Sport », et qui se montre très hostile à cette nouvelle conception, estimant qu’elle apporte un avantage excessif. Selon Ross Tucker, ce serait l’équivalent de courir dans une descente affichant à 1 à 1.5% de déclivité.

Un modèle interdit, à cause de son avantage déloyal ???

L’IAAF s’est emparée du dossier, et son comité technique devrait d’ici peu donner son point de vue sur ce modèle, (et sur d’autres sur lesquels il aurait été interrogé) pour confirmer ou non qu’il respecte bien les règles en vigueur, qui précisent que « les chaussures ne doivent pas être construites de manière à ajouter une assistance déloyale, y compris par l’intégration d’une technologie qui donnerait au coureur un avantage déloyal ».

Quel avantage injuste la « Nike Zoom Vaporfly 4% » apporte-t-elle vraiment ? Difficile de répondre à cette question après le test in vivo effectué ce mardi 7 mars par le trio de choc Kipchoge-Tedesse-Desisa qui s’est attaqué à un semi-marathon à Monza en Italie. C’est sur ce circuit automobile que devrait avoir lieu en mai prochain leur tentative de descendre sous les 2 heures.

Ce semi a ainsi constitué une « répétition » grandeur nature, et on a pu en particulier y observer le travail des lièvres, placés selon une technique en V, en vue de protéger les trois coureurs d’élite, habillés avec leurs textiles spécialement conçus par Nike à partir de scans de leur corps.
NIKE Breaking2_System_of_Performance_native_600Conclusion de cette opération : un chrono de 59’18’’ pour Kipchoge – 59’41 pour Tedese – 62’15 pour Lilesa. Soit pour Eliud Kipchoge, 7 secondes de moins que son record établi à Lille en 2012, correspondant à un gain de 0.20%…, qui sur marathon, donnerait un boni de 15 secondes sur son temps sur marathon de 2h03’05’’. On est loin du compte…

Mais quoi qu’il en soit, en parallèle de ce projet très médiatique, Nike a d’ores et déjà annoncé que ce nouveau modèle sera disponible en magasin dès le début juin, pour Monsieur et Madame Tout le Monde, au un tarif annoncé de 250 dollars.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Nike