Jama Aden, mis en examen, mais pas suspendu par l’IAAF

8 janvier 2017

Suite à la découverte dans son hôtel à Barcelone en juin dernier de produits dopants, l’entraîneur Jama Aden a été mis en examen par la Justice Espagnole, et la procédure se poursuit à son encontre. Toutefois le Somalien n’est nullement suspendu par l’IAAF. L’instance internationale, qui s’est portée partie civile auprès de la justice espagnole, affirme qu’une telle décision de sa part n’est pas possible….

 

JAMA ADEN

Gros travail et petite performance. C’est en termes strictement sportifs le sentiment que dégage l’affaire Jama Aden six mois après qu’elle ait éclaté, avec l’interpellation du coach somalien à côté de Barcelone, et sa mise en cause pour détention de produits dopants. Force est d’admettre que pour le moment, la montagne a accouché d’une souris…

Pas tout à fait tout de même puisque la police espagnole poursuit son enquête, après la mise en examen de Jama Aden, et que de telles investigations sont évidemment très longues. Mais sur le plan sportif, en ce début d’année 2017, Jama Aden n’est nullement sanctionné par l’IAAF, et donc parfaitement autorisé à entraîner des athlètes ou à se rendre sur les stades.

C’est l’information confirmée par Kyle Barber, le responsable des investigations et tests hors compétitions à l’IAAF. Avec une certaine gêne. Et on le devine aussi une grande déception. Car Kyle Barber est en grande partie à l’origine de l’interpellation de Jama Aden, après avoir débuté ses propres investigations depuis 2013, et pensant avoir acquis la certitude que l’entraîneur utilisait des procédés illégaux auprès de certains athlètes de son groupe. C’est ainsi qu’il s’était rapproché de l’agence anti-dopage espagnole et de la police espagnole pour qu’ils acceptent d’intervenir à l’occasion du stage de début de saison que Jama Aden programmait chaque année à Sabadell près de Barcelone, avec l’ambition de stopper les agissements de l’entraîneur dans l’optique des JO de Rio, pour éviter une ultra-domination des athlètes de son groupe.

Jama Aden, pas présent aux JO de Rio, à la demande du Qatar

Mais les choses se sont révélées plus longues que prévues à mettre en place. Les contrôles effectués sur les athlètes présents lors de la descente policières n’ont rien révélé, et tous ont pu ainsi mettre le cap sur Rio. Il manquait à l’appel Jama Aden lui-même. On avait cru dans un premier temps qu’il n’avait pu voyager en raison de la confiscation de son passeport par le juge espagnol, mais celui-ci lui avait été en réalité restitué quelques jours avant le début des JO. L’info avait ensuite circulé que l’IAAF était intervenue pour l’informer de sa présence indésirable aux Jeux.

En réalité, il n’en était rien, comme le concède du bout des lèvres, Kyle Barber : « Nous, on n’a pas pris contact direct avec lui. Il y a une décision prise pour sa présence à Rio, qui a été prise entre lui et la fédération du Qatar. » Jama Aden, entraîneur national du Qatar, a-t-il été interdit par le Qatar ? Kyle Barber rétorque : « Je ne peux pas le dire. Les coachs nationaux sont présents à l’invitation de leur fédération. Normalement. En tant que coach officiel pour la Fédération Qatari, il n’y était pas. Je ne sais pas à quel niveau cette décision était prise. Si c’était lui ou la fédération qui lui a demandé. »

Cette situation témoigne de la grande impuissance de l’IAAF, qui se révèle incapable de décider d’une suspension à titre conservatoire sur une personne pourtant sous le coup d’une procédure judiciaire… Mais les arguments juridiques ne sont pas favorables à l’instance internationale, comme le souligne Kyle Barber : « Il n’y a pas de suspension conservatoire, car on attend les dossiers. Evidemment la procédure juridique et l’enquête de police ont priorité par rapport à nous. On attend la conclusion du cas pour avoir toutes les informations à notre disposition. » C’est ainsi qu’on a pu voir Jama Aden ressurgir fin août au meeting de Lausanne, et reprendre tranquillement ses fonctions sur le stade d’échauffement auprès de ses athlètes…

Les choses pourront peut-être évoluer avec la demande de l’IAAF de se porter partie civile dans ce procès, ce qui lui permettrait d’avoir accès à certains éléments du dossier. Mais de côté-là, rien n’est encore gagné, souligne Kyle Barber : « On attend la réponse des juges espagnols ».

Jama Aden, au Qatar ?

Dans l’immédiat, rien n’empêche donc Jama Aden de poursuivre son travail habituel avec son groupe d’entraînement. Selon plusieurs informations, il serait actuellement au Qatar. Habituellement à cette période de l’année, c’était plutôt en Ethiopie qu’on le retrouvait, à superviser la préparation de Genzebe Dibaba, Aleyman Souleiman ou Abdelelah Haroun.

Mais il n’est pas facile de savoir quel est le rôle actuel de Jama Aden auprès des athlètes. Elle est finie l’époque, où chaque jour, il relayait sur son compte Facebook les photos ou vidéos de ses entraînements…  A peine sorti de sa garde à vue, Jama Aden a torpillé son compte Facebook « Coach Jama Aden Karein », gommant ainsi un historique de plusieurs années, riche de tant d’informations !

 

dibaba-gala-2016

Les comptes « Instagram » de Genzebe Dibaba ou Aleyman Souleiman ne lèvent pas plus le voile sur son éventuelle présence à leurs côtés. Le dernier cliché de Jama Aden sur le compte Instagram de Genzebe Dibaba remonte à plus de sept mois. Les dernières photos relayées la dévoilent à l’occasion de la remise des prix de l’IAAF de début décembre. Genzebe Dibaba y apparaît très en beauté dans une superbe tenue de soirée, et tout sourire. Les péripéties du mois de juin paraissent bien oubliées…

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo :D.R.