Hind Dehiba recevra-t-elle sa médaille de bronze au Mondial de Birmingham ?

14 février 2018

Les déclassements pour dopage d’Asli Cakir et de Natalia Kareiva lors du Championnat du Monde en salle en 2012 ont propulsé Hind Dehiba à la 3ème place du podium du 1500 mètres. Cette médaille de bronze pourrait lui être remise lors du Championnat du Monde en salle de Birmingham début mars.

Hind Dehiba, désormais médaillée de bronze au Mondial d'Istanbul

Hind Dehiba, à Istanbul en 2012

Les remises de médailles a posteriori n’ont pas fini de se poursuivre, à mesure que les analyses rétroactives d’échantillons « parlent » et révèlent l’usage de produits interdits des années plus tard, grâce à l’amélioration des méthodes de détection, ou que les données des passeports biologiques lèvent le voile sur des dérives dopantes, parfois avec beaucoup de retard.

Depuis l’été dernier, l’IAAF a décidé de donner un focus plus appuyé aux redistributions des médailles qui font suite aux déclassements des athlètes dopés. A Londres, l’été dernier, Jessica Ennis Hill, Kara Goucher, Jo Pavey, ont ainsi reçu en grande pompe leurs médailles des Mondiaux 2011 et 2007, conquises à l’heptathlon et sur 10.000 mètres.

Pour le nouveau rendez-vous mondial de l’IAAF, le Championnat du Monde en salle de Birmingham, c’est la Française Hind Dehiba qui devrait recevoir une médaille a posteriori. Celle de bronze, réattribuée après que le podium du 1500 mètres du Mondial en salle  disputé à Istanbul en 2012 ait subi un profond remaniement, après les sanctions pour dopage de la Turque Asli Cakir Alptekin, 3ème, et de la Biélorusse Natallia Kareiva, 4ème. Ainsi Hind Dehiba a-t-elle été propulsée à la 3ème place du podium, avec toujours en or, l’Ethiopienne Genzebe Dibaba et, en argent, la Marocaine Mariem Alaoui Selsouli.

Hind Dehhiba et Asli Cakir, au coude à coude au Mondial d'Istanbul en 2012

Hind Dehiba et Asli Cakir, au coude à coude au Mondial d’Istanbul en 2012

Les suspensions d’Asli Cakir Alptekin, comme de Natallia Kareiva, ont été consécutives à des passeports biologiques douteux, provoquant aussi une suppression avec effet rétroactif de leurs résultats sur plusieurs années. Et pour Asli Cakir Alpetekin, l’interdiction de compétition aurait dû être de 8 ans, s’agissant de son deuxième contrôle positif. Mais un accord spécial avait été passé par l’IAAF avec la Turque, qui s’était vue autorisée à recourir plus tôt, en échange d’informations.

C’est le 17 août 2015 que le Tribunal Arbitral du sport avait validé cet accord. Dès lors, il était acquis que la troisième place du podium revenait à Hind Dehiba. Au mois de mai 2016, le bureau Fédéral de la FFA avait validé cette information, en indiquant avoir été informée par l’IAAF que la médaille de bronze serait prochainement envoyée.

Une médaille à Birmingham ou ailleurs ??

Mais finalement, c’est seulement en cette fin d’année 2017 que l’IAAF a confirmé officiellement à la FFA qu’une remise de médaille à l’athlète était programmée pour le Mondial de Birmingham de mars 2018. Ainsi Hind Dehiba recevrait à cette occasion sa troisième médaille majeure, après le bronze de l’Europe indoor en 2005, l’argent de l’Europe en 2010. Entre ces deux médailles, Hind Dehiba avait, elle aussi, connu le dopage et une suspension de deux ans entre 2007 et 2009.

A son retour, en 2010, Hind Dehiba avait réussi une saison exceptionnelle, avec le record de France du 1500 mètres, la médaille d’argent au Championnat d’Europe. Mais en 2012, la porte des Jeux Olympiques  allait lui demeurer fermée, elle butait pour 12 dixièmes sur le minima qualificatif (4’03’’02 pour 4’02’’90) fixé par la FFA, et elle restait bloquée en 17ème position du bilan mondial, alors que la FFA exigeait une présence dans le top 16. On sait maintenant que ce top 16 grouillait d’athlètes dopées, protégées par les hauts cadres de l’IAAF….

Ainsi s’achevait sa carrière, avant qu’elle ne devienne mère de quatre enfants, une fille née en 2013 et des triplés fin 2016. Hind Dehiba recevra-t-elle cette nouvelle médaille à Birmingham ? La question demeure pour l’instant sans réponse, aucune information pratique ne lui ayant encore été communiquée, et non plus à la FFA. Clément Gourdin, du service juridique de la FFA, en relation avec l’IAAF sur ce thème, admet n’avoir pas d’éléments concrets, et souligne simplement qu’Hind Dehiba recevra bien sa médaille. A Birmingham ou ailleurs…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand