Hassan Hirt, Marseillais avec Benoit Z

10 février 2016
Benoit Z lance enfin sa communauté - club FFA avec Hassan Hirt dans ses rangs

Benoit Z lance enfin sa communauté – club FFA avec Hassan Hirt dans ses rangs

 

Le projet de Benoît Zwierzchiewski a enfin abouti avec la création de son club, la Benoît Z Team, envisagé comme une structure déclinée web et destinée aux néophytes. Mais finalement, le premier licencié de la Benoît Z Team sera Hassan Hirt, à la recherche d’une structure depuis son retour d’après suspension.

 

Hassan Hirt sera le premier licencié de la Benoît Z Team. Un tout nouveau club lancé par le recordman d’Europe du marathon, conçue initialement comme une structure destinée aux coureurs « lambda », non licenciés en clubs traditionnels, auxquels il sera proposé en parallèle une offre de services, comme du coaching sportif, sous la houlette de Wineven. Le lancement officiel du club était programmé pour le mois de mars, dans la période de « Run in Marseille » dont Benoît Z a été choisi comme parrain.

Mais le schéma de communication s’est modifié radicalement. Ce mardi 9 février, la licence d’Hassan Hirt a été actualisée sur le site de la FFA, et « Benoît Z Team » succède ainsi au Stade Sottevillais 76, le club de l’athlète jusqu’en 2012, lors de son contrôle positif dévoilé au moment des JO de Londres, pour lequel il avait ensuite été suspendu deux ans.

A sa reprise après suspension en début d’année 2015, Hassan Hirt s’était retrouvé dans un imbroglio ne lui permettant pas de disposer d’une nouvelle licence pour la saison de cross, débouchant sur la dramatique situation du Championnat de France de cross des Mureaux, où il avait pris le départ sans dossard, avant d’être brutalement bousculé à terre par un officiel FFA chargé de le stopper.

Hassan Hirt à Londres en 2012 dans sa série qualificative

Hassan Hirt à Londres en 2012 dans sa série qualificative

 

La scène avait choqué Benoît Z, il l’avoue : «Il a pris le départ sans dossard, c’est dommage. Il a fauté. On lui refuse une 2ème chance. Il veut revenir dans le circuit pour courir. Je lui ai dit que s’il était en galère, je voulais bien l’aider. » Avant cet été, les deux hommes n’auraient jamais eu de relation, jusqu’à ce qu’Hassan Hirt contacte Benoît Z via Facebook, pour manifester son intérêt pour son club. Après quelques échanges téléphoniques entre le duo, et Guillaume Peirone, le président du club, un accord aurait été donné à Hassan Hirt, sans deal financier. Ainsi il aurait payé sa licence et n’aurait pas reçu de compensation financière.

Toutefois Benoît Z l’admet, il a hésité un moment : « Oui, je me suis posé la question. Parce je ne suis pas en phase avec ce qu’il a fait. Puis je me suis dit que ce n’était pas bon de se poser des questions. Notre objectif est de créer un club communautaire, et cela va à l’encontre de nos valeurs de dire non. »

Et il dévoile ses réticences : « Je n’ai pas envie qu’on me fasse du tort. J’ai mené mon combat. J’ai fait front à la personne qui m’avait fait du tort. Je lui ai dit dans les yeux. » C’est le fameux épisode vécu au Championnat du Monde 2003, où Benoît Z jette son maillot à Robert Poirier, le DTN de l’époque. Une attitude offensive qu’il a préférée à des combats juridiques, et qu’il a expliquée à Hassan Hirt, connu pour son activisme devant les tribunaux : « Je lui expliqué que s’il veut refaire du haut niveau en étant propre, il doit garder de l’énergie. Je lui ai conseillé de lever le pied sur les combats. Et je lui ai demandé qu’il nous informe de toutes ses démarches juridiques. »

La demande de dispense trop tardive pour l’Interrégion de Cross

En se licenciant auprès de « Benoît Z Team », l’athlète escomptait avoir trouvé le moyen de disputer le Championnat de France de cross, et déjà dans un premier temps, les Interrégions programmés dans le Sud-est pour ce dimanche 14 février. Mais ce scénario a peu de chances d’aboutir. Pour des raisons de dates. Hassan Hirt n’ayant pas disputé les départementaux et régionaux de cross, il lui fallait obtenir une QE, Qualification Exceptionnelle de la ligue Organisatrice, la Côte d’Azur, pour obtenir l’autorisation de courir sans s’être qualifié de manière normale. Or la date limite pour le dépôt de cette QE était fixée au vendredi 5 février, et la demande n’a pu être transmise à la FFA que le mardi 9 février, le temps que la licence soit officiellement enregistrée dans les fichiers de la FFA.

« A ce jour, mercredi 10 février, c’est bloqué. », explique Guillaume Peyrone, le président du Club, une fonction qu’il assume après avoir été séduit par le projet de Benoît Z, rencontré durant ses actions chez Direct Energie. Et il admet : « Moi, je ne suis pas du milieu. Je n’ai pas d’informations sur ces problèmes de dates. En fait, l’arrivée d’Hassan Hirt perturbe notre ligne initiale. Le club est plutôt destiné à des coureurs lambda. Le haut niveau n’était pas prévu ! »

Selon nos informations, la demande de QE a beaucoup de chances d’être refusée par la Ligue de Côte d’Azur. Tout simplement parce qu’elle a été déposée hors délais, et qu’elle ne s’appuie pas sur un problème particulier justifiant une exception. Comme le souligne André Giraud, le vice-président de la FFA : « Il ne s’agit pas d’un athlète qui a raté les régionaux pour cause de maladie. Il n’a pas couru depuis un an. Et pour moi, son comportement de l’année dernière ne justifie pas de lui donner ce passe-droit. »

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand

La situation est demeurée bloquée pour l’interrégion de cross, mais le jeudi 18 février, Benoît Z nous a informé que la FFA avait accepté la demande de QE (Qualification Exceptionnelle) d’Hassan Hirt pour le Championnat de France de cross.