Galen Rupp et Molly Huddle, sacrés champions US du 10000 mètres

26 juin 2015

A Eugene, le 10 000 mètres du championnat américain a sacré Galen Rupp, et Molly Huddle. Cette 7ème victoire de Galen Rupp survient juste après les allégations de dopage proférées à son encontre.

Galen Rupp adepte des entraînements compétition + séance rapide

Galen Rupp, 7ème titre national sur 10.000 mètres, pour son retour sur la piste après les accusations de dopage

Imperturbable Galen Rupp. Et inoxydable Alberto Salazar. Le duo a joué un bon tour à ses détracteurs, avec cette nouvelle victoire sur 10.000 mètres, le 7ème titre consécutif de la carrière de l’athlète, dominateur du demi-fond long américain depuis bientôt une décade.

Le blondinet trentenaire s’est appuyé sur sa pointe de vitesse terminale pour balayer ses rivaux, Ben True et Hassan Mead, avec un avant-dernier tour couru en 57’’78, et le dernier 1200 mètres en 3’02’’12 contre 3’05’’02 à Ben True. Il s’éclipsait ainsi vers la première place acquise en 28’11’’61.

Et son coach n’hésitait pas à avouer sa grande surprise devant ce chrono, il attendait plutôt son protégé entre 28’45’’ et 29’, et d’asséner aussi qu’il aurait pu aller plus vite, mais qu’il avait levé le pied pour préserver ses forces pour ce dimanche, où il disputera le 5000 mètres…

Galen Rupp, dans la meilleure forme de sa vie, selon Alberto Salazar

Autant d’éléments autorisant Alberto Salazar à affirmer à Ben Goe, le journaliste de l’Oreganian, l’un des rares journalistes auxquels il accepte de parler, que Galen Rupp affiche tout simplement la meilleure forme de sa vie ! Le jeune athlète revient pourtant de très loin après trois semaines de déclarations mettant en cause ses pratiques médicamenteuses douteuses et usages de compléments diététiques hasardeux.

Pour son retour sur la piste, Galen Rupp pouvait difficilement trouver meilleur cadre que celui d’Eugene, la fameuse Track Town de l’Oregon, d’où il est justement originaire, comme Alberto Salazar. Un élément fort leur garantissant évidemment le soutien d’un public local peu soucieux de voir ses icônes attaquées.

Le Hayward Field s’était quasiment vidé de ses 8000 spectateurs à l’heure où les spécialistes du 10.000 mètres s’élançaient, et dans cette arène clairsemée, ne restaient plus que les afficionados de Galen Rupp, qui allaient lui réserver une vibrante ovation à son arrivée victorieuse. Le coach et son protégé y voyaient bien sûr la marque d’un appui inconditionnel à leur égard après cette tourmente médiatique les plaçant dans l’œil du cyclone.

Toutefois, pour sa première sortie depuis les accusations, Galen Rupp n’échappait évidemment pas à la pression des médias, avides de le questionner sur ses agissements. Mais il se bornait à répéter qu’il soutenait à 100% Alberto Salazar, et la réponse officielle apportée par celui-ci deux jours seulement avant cette épreuve. Qu’il croyait en un sport propre. Et d’admettre aussi que cette période avait été très difficile à vivre, mais qu’en tant que professionnel, il avait souhaité disputer ce Championnat US. Où quoi qu’il en soit, une nouvelle victoire dans ce contexte démontre son exceptionnelle qualité nerveuse dans l’adversité…

Molly Huddle devance Shahane Flanagan

Le duel féminin suscitait moins d’enthousiasme médiatique, les favorites de ce 10.000 mètres se situant en-dehors de cette affaire Salazar. Shahane Flanagan évolue dans le groupe de Jerry Schumacher, ennemi juré de Salazar, et Molly Huddle évolue sous la houlette de Ray Treacy.

L’épreuve s’est résumée à une guerre entre deux grandes dames du demi-fond américain, l’une détentrice du record US du 5000 m et l’autre de celui du 10.000 mètres. Mais à 30 ans, l’heure est maintenant venue pour Molly Huddle de briller sur les 25 tours de piste, elle y conquière son 1er titre sur cette distance et le 3ème de sa carrière.

Shahane Flanagan se voit ainsi éclipsée d’un souffle, 2ème en 31’42’’29 contre 31’39’’20 pour Molly Huddle. Une petite déception tout de même pour la marathonienne, elle avait couru en 31’09’’ à Stanford mi-avril. Mais elle a su sortir sa légendaire combativité pour éviter l’affront d’être devancée par Emily Infeld, sa benjamine de 8 ans…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand