Galen Rupp, athlète le plus testé aux Etats-Unis

26 janvier 2016

Galen Rupp demeure l’athlète le plus testé aux Etats-Unis, avec 21 tests, il devance à nouveau Shahane Flanagan. Ces informations ont été communiquées par l’agence anti-dopage américaine, qui adopte une transparence totale sur les contrôles qu’elle opère sur les sportifs américains.

Galen Rupp adepte des entraînements compétition + séance rapide

Galen Rupp

477. C’est le nombre d’athlètes américains qui ont subi des contrôles anti-dopage durant l’année 2015, pour un total de 1202 tests. L’agence américaine anti-dopage suit une politique de transparence totale sur les contrôles qu’elle diligente sur les sportifs américains, et chaque début d’année est l’occasion de distiller les chiffres globaux et par sportif.

Une méthode très inédite, qui permet de connaître athlète par athlète le nombre de contrôles supportés, hors compétition ou en compétition. A titre de comparaison pour la France, de tels éléments ne sont nullement connus, les seules infos distillées par l’AFLD portant sur les personnes intégrées dans son groupe cible.

Une nouvelle fois, Galen Rupp mène la danse, avec un chiffre de 21 tests. Le coureur s’impose devant Shahane Flanagan, affichant, elle, 17 contrôles. Et la suite du bilan énumère les deux meilleurs sprinters américains, Justin Gatlin, 16 tests et 15 pour Tyson Gay. Les deux ex-dopés devancent Meb Keflezighi (15 tests), Matthew Centrowitz (14), Treniere Moser (14), Abdi Abdirahman (13) et Nick Symmonds (13).

Parmi ces neuf athlètes, on en retrouve six figurant dans le groupe cible défini par l’IAAF, Rupp, Flanagan, Gatlin, Gay, Keflezighi, Centrowitz alors que Moser, Abdirahaman, Symmonds ne sont pas présents dans la liste cible de novembre dernier.

Des éléments chiffrés desquels il n’est évidemment pas possible de tirer argument pour estimer que ces athlètes sont suspectés de dopage, et l’argument distillé par l’agence anti-dopage est plutôt qu’elle cible les meilleurs athlètes dans leur discipline….

Pas de suite connue à la mise en cause de Galen Rupp par la BBC

Pourtant on n’a pas oublié que Galen Rupp s’était retrouvé au cœur d’une polémique très sévère avec la mise en cause de son entraîneur fétiche, Alberto Salazar, après un sujet diffusé par la BBC et le site « Pro Publica », où plusieurs personnalités marquantes de l’athlétisme US, comme Steve Magness et Kara Goucher, témoignaient à charge contre le fameux coach, l’accusant d’inciter Galen Rupp à utiliser corticoïde et testostérone depuis le lycée, et à se faire administrer des perfusions d’eau salée lors des Mondiaux 2007 et 2011, pour dissimuler des produits dopants.

Ces révélations de juin 2015 ont amené l’USADA à entreprendre des investigations, sur lesquelles un black out total règne depuis, ne permettant pas de confirmer de telles allégations. A contrario, la commission d’enquête diligentée par la Fédération britannique afin de s’assurer du respect des bonnes pratiques par Mo Farah et Alberto Salazar a donné quitus au coach.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand