Frédéric Bouvier, en immersion à Central Park

31 octobre 2015

Plusieurs milliers de coureurs ont disputé ce samedi matin la « Dash to the Finish Line », course de 5 km entre les Nations Unies et l’arrivée du marathon dans Central Park. Une belle leçon d’organisation du New York Road Runners Club, pour cet évènement que Frédéric Bouvier, le compagnon de Christelle Daunay et Cédric Thomas, son coach, ont découvert avec enthousiasme.

Frédéric Bouvier, à Central Park, pour le 5 km Dash to Finish Line

Frédéric Bouvier, à Central Park, pour le 5 km Dash to Finish Line

 

Samedi matin, veille du marathon. Les coureurs se déversent par centaines vers Central Park pour un ultime entraînement. Des groupes compacts se forment, rassemblant les marathoniens d’une même nationalité. Central Park n’est plus qu’un immense terrain de jogging, où l’on s’interpelle dans toutes les langues.

Il n’est que 8 heures, mais déjà tout le périmètre du parc est bouclé, libéré de toutes les voitures et bus. La « Dash to the Finish Line » n’est peut-être qu’un simple footing collectif, mais cette course de 5 kilomètres a droit à tous les égards, et tout le parcours se voit dédié aux runners. Et peu importe qu’il s’agisse de dégager la 5ème avenue, l’artère la plus célèbre au monde…

Le « NYRRC », New York Road Runners Club, impose sa loi dans toute la ville new yorkaise, pour la transformer en haut lieu du running mondial. Le poids du NYRRC s’est accru au fil des années, et encore plus dans la dernière décade, avec le dynamisme incroyable impulsé par Mary Wittenberg.

Près de 300.000 compétiteurs en 1 an à New York

Les compteurs explosent, avec à l’actif du vénérable club, plus de 50 évènements dans la ville et ses banlieues, Bronx et Brooklyn incluses, pour un total de 290.000 finishers dans les 12 derniers mois ! Et on peut aussi y ajouter 200.000 enfants actifs dans les 800 programmes scolaires, et plus de 70.000 personnes touchées par les programmes communautaires.

Le NYRRC s’affirme ainsi comme une véritable machine de guerre dédiée au running, avec un revenu annuel de 74 millions de dollars, et plus de 175 salariés. Une véritable ruche au service du running, à l’efficacité redoutable, comme on peut le constater pour ce 5 kilomètres. En quelques minutes, cette petite armée doublée de bénévoles va dégager le couloir d’arrivée des centaines de coureurs du monde entier, venus s’immortaliser dans ce sas qu’ils traverseront le lendemain après leur marathon.

La ligne d’arrivée se libère, les barrières se mettent en place, les bénévoles chargés de la distribution de la poche ravitaillement s’installent. Un véritable ballet mené de main de maître en synchronisation parfaite juste avant que la tête de course ne déferle à vive allure.

Frédéric Bouvier en 15’20’’

Ce « Dash to the Finish Line » n’est pas un simple footing, une élite y participe, attirée par les primes dédiées aux meilleurs. Dans le TOP 15, pointe Frédéric Bouvier, affichant son maillot Garde Républicaine. Le compagnon de Christelle Daunay, ainsi que Cédric Thomas, son entraîneur, ont obtenu de l’organisation un dossard, et Frédéric souligne : « Cela montre la bonne image de Christelle auprès de l’organisation ! »

Et son sourire en dit long sur le plaisir qu’il a pris à disputer ce 5 kilomètres : « C’était grandiose ! Ce sont des moments privilégiés. Avant le départ, Paula Radcliffe nous a souhaités bonne course. Quelle chance ! Et ensuite voir ce parcours au cœur de New York, c’est vraiment super. »

Dans ce décor incroyable sur la 1ère avenue, Frédéric s’est même enflammé, et s’est retrouvé dans le groupe de tête, jusqu’à la 5ème avenue, où il s’est laissé décrocher pour se glisser vers l’arrivée en 15’20’’, soit une allure de 20 km/heure, qui le comble. Un bon moyen pour Frédéric de s’immerger dans ce marathon qu’il n’a jamais pu disputer, forfait sur blessure il y a deux ans.

Le plaisir de Cédric Thomas n’est pas moindre, le chrono de 18’45’’ se situe pile poil dans son objectif de 18’50’’. Le coach s’excuse presque en racontant qu’il a débuté son premier kilo à 14 minutes au kilo, il s’amuse à comparer avec l’allure de Christelle sur son marathon du lendemain…

Et puis très vite, le duo s’éclipse, c’est le moment de se consacrer à l’ultime entraînement de sa protégée, et de fixer la tactique de course pour le jour J…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : Gilles Bertrand

NY fun run vainq

NY fun run Bouvier 2

NY fun run 1er fem a

  • NY fun run 1