Encore un trafic de produits dopants démantelé en Espagne

26 juin 2018

La police espagnole a une fois de plus réussi une grosse affaire anti-dopage, avec l’arrestation de six athlètes soupçonnés d’usage et trafic de produits dopants. Le trafic s’orchestrait autour du Maroc, avec des ramifications jusqu’en Italie et en France…

 

Malika Asahssah

Malika Asahssah

Encore une belle affaire dans la lutte anti-dopage à l’actif de la police espagnole, avec une nouvelle opération dénommée cette fois « Relief », quelques mois après l’opération « Chamberi », qui avait mis en cause Illias Fifa, le champion d’Europe 2016 du 5000 mètres.

Six personnes ont ainsi été interpellées à Calatayud, dans la province de Saragosse, a révélé la police espagnole, et les perquisitions menées à Calatayud, Madrid et Valence, ont dévoilé de l’hormone de croissance, de la testostérone, de l’insuline, des vitamines injectables, et du matériel pour les transfusions sanguines.

A la tête de ce trafic, Rachid Najid, un ancien marathonien à 2h28’, lui-même suspendu quelques mois en 2008 pour de l’éphédrine, reconverti dans l’entraînement et le management sportif. A ses côtés, Malika Asahssah, son épouse, 36 ans, suspendue, elle, pour 4 ans, après un contrôle positif au stanozolol, fin 2015, au marathon de Valence qu’elle avait remporté en 2h28′, au terme d’une saison brillante.

Comme le révèle l’agence Efe, ce couple très sulfureux, était installé à Calatayud depuis un an, après avoir vécu à Albacete et Guadalajara, orchestrait les échanges de produits dopants, en important du Maroc, de l’Italie, ou de France, dans les bagages d’athlètes.

Rachid Najid, entraîneur, manager, et trafiquant de produits dopants

Les athlètes managés par Rachid Najid sont passés à la trappe, comme l’Ethiopien Bekele Gizaw, qui s’était illustré cette année en Espagne, avec la victoire au semi de Madrid, d’Elche, d’Alméria, un chrono de 2h14’ au marathon de Séville, une ultime victoire début juin sur un 10 km couru en 29’06’’, après un petit crochet par les 15 km du Puy le 1er mai.

Saïd Aitadi

Saïd Aitadi

Le retentissement de l’affaire est aussi venu de l’implication de plusieurs athlètes de renom en Espagne. Comme Saïd Aitadi, naturalisé Espagnol, vainqueur du semi de Saragosse à quatre reprises, affichant un record sur marathon à 2h08’, plusieurs fois champion d’Espagne de cross, licencié dans le Guadalajara, et justement entraîné par Rachid Najid. Ou de Fatima Ayachi, une coureuse de 33 ans, arpentant les courses espagnoles depuis près de dix ans, avec de nombreuses places d’honneur, un record sur semi de 1h11’48’’ en 2010, et membre du club « Carnicas Serrano », à Valence, qui l’a immédiatement exclue du club.

Dernier mis en cause, Abebe Mulugeta, présenté comme le transporteur de produits dopants en provenance d’Italie.

L’opération « Relief » confirme l’engagement de l’anti-dopage de la police espagnole, qui n’a pas hésité à convoquer une conférence presse pour en révéler quelques détails, et à dévoiler les images des perquisitions. Un nouveau succès à son actif, quelques mois après l’opération « Chamberti » menée en octobre, autour de Illias Fifa, le champion d’Europe 2016 du 5000 mètres, et qui avait débouché ce printemps sur une suspension pour 4 ans et une amende de 15.000 euros.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

Dopage : l’Espagnol Fifa suspendu 4 ans

L’Espagnol Fifa poursuivi pour trafic de produits dopants