Dopage : Riad Guerfi, suspendu 4 ans pour passeport biologique

25 octobre 2017

Riad Guerfi a été suspendu pour 4 ans par le Tribunal Arbitral du Sport, pour des irrégularités de son passeport biologique. L’IAAF avait fait appel de la relaxe prononcée par la FFA en début d’année, qui avait estimé que la procédure de l’IAAF comportait un vice de forme. Riad Guerfi devient ainsi le premier athlète français suspendu pour passeport biologique.

Riad Guerfi

Riad Guerfi

Quatre ans de suspension pour Riad Guerfi. Le Tribunal Arbitral du Sport a statué en faveur de l’IAAF, qui avait fait appel de la décision de relaxe prononcée par la FFA en début d’année. C’est au nom d’un vice de forme que la FFA avait fait ce choix de mansuétude à l’égard de l’athlète, en estimant non conforme aux droits français la méthode utilisée par l’IAAF, à savoir un simple mail sans garantie de sa réception effective, pour informer Riad Guerfi qu’une procédure avait été lancée à son encontre en raison de problèmes sur son passeport biologique.

Mais l’IAAF ne l’a pas entendue de cette oreille, et a opté pour un appel devant le TAS contre la FFA et Riad Guerfi, pour tenter d’obtenir gain de cause, et voir ainsi Riad Guerfi sanctionner pour un profil hématologique dévoilant l’usage de produits dopants. Dans la période d’appel, l’IAAF avait prononcé une nouvelle suspension à titre conservatoire, et c’est le 6 juillet que l’affaire Guerfi avait été présentée au TAS, qui a rendu sa décision ce 25 octobre. Et cette suspension de 4 ans prononcée par le TAS jusqu’en 2020 a suscité une réaction forte de l’AIU, l’Unité d’Intégrité de l’Athlétisme, qui l’a saluée dans un communiqué spécial.

Pourquoi Riad Guerfi a-t-il été mis en cause par l’IAAF ?

Pour des irrégularités sur son passeport biologique, qui démontrent l’usage de produits interdits. Les experts de l’IAAF ont tranché à partir des résultats de quatre contrôles anti-dopage en compétition effectués le 24 avril 2013, le 29 avril 2015, le 24 avril 2016 et le 16 juin 2016.
A quoi correspondent ces dates : le 24 avril 2013, Riad Guerfi devient Champion de France du 10000 m à St Maur des Fossés en 29’04’’20 – le 29 avril 2015, il est à nouveau sacré Champion de France du 10000 m à St Maur en 29’09’’ – le 27 avril 2016 (et pas le 24 avril) il termine 11ème du Championnat de France du 10000 m en 29’54’’ – le 16 juin 2016, il abandonne sur le 5000 m du meeting d’Hérouville.
Le 19 septembre 2016, les experts ont rendu leurs conclusions à l’IAAF, à savoir des valeurs et variations anormales de son profil hématologique, qu’il a été demandé le 26 septembre 2016 à Riad Guerfi de justifier, par un courrier électronique, avec demande de réponse pour le 12 octobre 2016.
Mais Riad Guerfi ne fournit pas d’explications dans ce délai. Alors, le 13 octobre 2016, les experts de l’IAAF statuent à nouveau, et le 14 octobre 2016, l’IAAF notifie, à nouveau par mail, à Riad Guerfi la confirmation que les anomalies relevées dans ces quatre contrôles ne peuvent s’expliquer que par la prise de produits dopants, et l’informe de sa suspension à titre provisoire.

Pourquoi la FFA avait-elle relaxé Riad Guerfi ?

La FFA avait été saisie le 24 octobre d’une demande de Maître Nicoleau, l’avocat de Riad Guerfi, pour solliciter une audience auprès de l’organe disciplinaire de la FFA. L’athlète et son avocat vont faire valoir devant cet organe qui se réunit le 14 décembre 2016 qu’il a été informé du problème sur son passeport biologique non pas par l’IAAF, mais par le journal « Le Monde », qui a publié le 14 octobre un article dévoilant le problème Guerfi.
Et l’organe de la FFA de conclure que l’athlète n’a pas eu ainsi la possibilité de se défendre, et de bénéficier d’une procédure contradictoire, avant qu’une suspension provisoire soit prononcée.
A noter pourtant, que pour la rédaction de son article paru le 14 octobre, le journaliste du Monde, Yann Bouchez, affirme avoir joint Riad Guerfi à la mi-septembre, pour recueillir son point de vue sur cette procédure pour passeport biologique douteux lancée par l’IAAF.

Pourquoi le TAS tranche-t-il en faveur de l’IAAF ?

La décision complète du TAS n’est pas encore disponible, il n’est donc pas facile de l’interpréter en détails. Mais il reste que le TAS a tranché en faveur de l’IAAF en estimant que les procédures d’envois par mail garantissaient que Riad Guerfi a bien été informé des irrégularités constatées par l’IAAF, de leur demande de produire des explications pour les justifier, de leur décision de sanction pour irrégularités, et de leur suspension à titre conservatoire. Et qu’il n’est pas possible de considérer que Riad Guerfi n’a pas eu la possibilité de se défendre correctement.

Quelles justifications données par Riad Guerfi ?

Riad Guerfi avait constitué un dossier pour justifier les irrégularités de son passeport biologique, qui a été remis à l’organe disciplinaire le 14 décembre 2016. Mais l’organe disciplinaire n’a pas analysé ces documents, estimant que le vice de procédure de l’IAAF justifiait la relaxe, et qu’il n’était donc nullement nécessaire d’aller plus loin dans ce dossier.

guerfi-2
Pour sa défense, Riad Guerfi avait produit différents documents expliquant par exemple qu’il affichait un hématocrite très élevé, car de retour d’un stage en altitude, et il avait aussi souligné que dès juniors, son hématocrite était haut. Selon les informations recueillies, les taux retenus par l’IAAF variaient entre 46.5 et 53, et plusieurs fois 49. Riad Guerfi m’avait, lui, affirmé « C’est bizarre car il y avait plusieurs contrôles qu’ils n’ont pas pris en compte, où j’étais à 50-51. De toute façon, même quand j’étais junior, j’ai fait des contrôles où j’étais à 52 parfois. »
Lors de son audition par la FFA, l’athlète était très confiant, convaincu par son avocat Maître Nicolleau, et comme il me l’avait expliqué en janvier après sa relaxe, « Mon avocat a argumenté sur tout. Tout. Vraiment tout. Le fait qu’il y ait peu de contrôles sur une aussi longue période ne pouvait pas justifier le passeport et la procédure. L’envoi par mail, il a trouvé ça surréaliste. »

Maître Nicolleau avait su parfaitement exploiter le point très technique de l’envoi par mail, pour obtenir cette relaxe. Concernant le nombre de contrôles qui ont permis à l’IAAF de statuer, soit 4 contrôles sur une période de 4 ans, il apparaît plutôt dans la norme des autres sanctions prises pour ce même motif d’irrégularité du profil hématologique, dévoilant en règle générale une prise d’EPO.

Cette sanction de Riad Guerfi marque la 95ème suspension pour passeport biologique décidée par l’IAAF, mais la première pour la France. Il pourrait être prochainement rejoint sur cette triste liste par Anouar Assila, mis en cause pour les mêmes motifs, et qui devrait être prochainement entendu par la FFA.…
 Texte : Odile Baudrier
 Photo : D.R.