Dopage : Nicolas Fernandez, absent à la commission disciplinaire FFA

16 mars 2017

La commission disciplinaire de la FFA a statué ce jeudi 16 mars sur le cas de Nicolas Fernandez, qui avait subi un contrôle positif à l’EPO lors du cross de Carcassonne début décembre 2016. Le coureur de Perpignan ne s’est pas présenté devant la commission de la FFA, qui a délibéré pour prendre une décision qui sera connue d’ici une dizaine de jours.

Nicolas Fernandez

Nicolas Fernandez

 

La procédure officielle à l’encontre de Nicolas Fernandez avait été lancée début février, après qu’il ait été constaté la présence d’EPO dans son urine prélevée lors du cross de Carcassonne début décembre 2016.

Elle a abouti ce jeudi 16 mars à une réunion de la commission disciplinaire chargée de statuer sur ce cas. Nicolas Fernandez ne s’est pas présenté devant la commission. La rumeur circulait pourtant qu’il serait présent en vue de formuler certaines révélations sur les raisons qui l’auraient conduit à une telle situation…

En son absence, les experts réunis autour de Michel Marle ont examiné le dossier d’instruction présentant les éléments relatifs à ce contrôle, et d’éventuels éléments transmis par le coureur.

A l’issue d’une délibération d’environ 30 minutes, leur décision a été prise. Elle sera portée à la connaissance de l’athlète d’ici une dizaine de jours, et diffusée via le site officiel de la FFA.

Quelle en sera la teneur ? Il n’est pas possible de trancher, la prudence demeurant toujours de mise dans de telles affaires. Selon le code mondial de l’AMA, la sanction devrait être d’une durée de 4 ans, mais les règles de l’anti-dopage autorisent officiellement des sursis pour une partie de la suspension, dans le cas où le sportif collabore avec les autorités, en fournissant des informations sur les violations des règles anti-dopage par une autre personne. Le sursis ne peut excéder les trois quarts de la période de suspension applicable. Allons-nous vers un tel scénario ?? L’avenir le dira.

Nicolas Fernandez pas informé ?

Au moment où l’affaire avait éclaté publiquement début février, Nicolas Fernandez nous avait affirmé ne pas être concerné par ce contrôle, et ne pas avoir reçu de lettre recommandée de la part de la FFA.

Le responsable de son club d’ATHLE 66 à Perpignan avait admis implicitement ce contrôle concernant Nicolas Fernandez, nouvelle recrue du club, qu’il avait intégré à l’automne 2016, après avoir transité une année au sein du club du Club Pelen, en Martinique, et plusieurs saisons au Team 12.

Champion de France de semi-marathon en 2012, année où il avait établi ses records sur 10 km et semi, il avait ensuite connu une période moins faste avant de renouer avec la médaille de bronze lors du France de semi en 2015, justement couru en Martinique.

Et fin 2016, il avait réussi à nouveau de bonnes performances, sur 10 km, à Montpellier mi octobre avec 29’46’’, et à Barcelone le 31 décembre avec 29’52’’, ainsi qu’au cross de Carcassonne, où il avait terminé 2ème avec un bon chrono.

Sa dernière compétition a eu pour cadre les régionaux de cross, également disputés à Carcassonne, où il avait remporté le cross long, avant de déclarer forfait à la demi-finale du France de St Juéry début février.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.