Dopage : les hackers des Fancy Bears accusent plusieurs stars

6 juillet 2017

Les Fancy Bears ont encore frappé. Les hackers russes dévoilent au grand jour une partie des informations piratées ce printemps dans les ordinateurs de l’IAAF. Et la liste des athlètes suspectés de dopage ou considérés comme douteux par l’IAAF comporte de vraies stars de l’athlétisme mondial. Parmi eux, Mo Farah, Galen Rupp, Mary Keitany, Absel Kiprop, et bien d’autres. Mais quel crédit accorder à de telles révélations volées ???

farah_05
Mo Farah n’a pas attendu 24 heures pour crier son exaspération face à cette nouvelle liste qui l’associe encore au dopage. Et le Britannique a claironné sa volonté d’attaquer en justice de telles affirmations.

Le double champion olympique fait partie des 47 noms figurant dans un tableau qui aurait été établi par l’IAAF pour recenser les athlètes « douteux », au vu de leurs résultats recensés par le système ADAMS, qui se voient qualifiés de différentes manières, entre les « Probablement dopé », « Passeport douteux, données complémentaires à recueillir, ou parfois aussi « Probablement problème médical ».

Et dans les 47 noms cités, pointent quelques grandes références de l’athlétisme mondial, Galen Rupp, Evan Jager, Mary Keitany, Absel Kiprop, ou encore Safan Hissan, Valeria Straneo, Geffroy Mutaï, Aries Merritt…

Des noms qu’on retrouve parfois dans un 2ème tableau livré par les Fancy Bears, qui apparaît plutôt comme un document de travail d’avril 2016 de Kyle Barber, le responsable des tests hors compétitions et du renseignement pour le département anti-dopage de l’IAAF, avec une colonne mentionnant le niveau de priorité pour les tests pour divers athlètes, soupçonnés de dopage.

Mo Farah y figure à nouveau, mais cette fois, le commentaire lève ces allégations, avec cette remarque « Maintenant considéré comme normal avec le dernier échantillon », alors qu’à l’opposé, Evan Jager, le steepler américain, se voit affublé de 5 étoiles, pour notifier la priorité absolue de contrôle à lui appliquer.

Quel crédit accorder à de tels éléments captés de manière illégale par les hackers de Fancy Bears ? Les jours à venir en diront certainement plus sur cette étrange situation, ramenant sur le devant de la scène sportive ces Russes adeptes de révélations sulfureuses. Déjà en septembre dernier, leurs informations sur les AUT délivrées à gogo à des athlètes de très haut niveau, y compris Bradley Wiggins, avaient créé une belle pagaille.

Ces nouveaux documents dérobés de la sorte interpellent par leur précision dans les éléments figurant dans les divers tableaux. Les questions ne manquent pas à les analyser, mais la principale interrogation tourne autour des « absents ». Les athlètes mentionnés sont-ils les seuls à être ainsi considérés comme douteux par l’instance internationale ou bien les Fancy Bears ont-ils édulcoré la liste pour supprimer quelques noms et les balancer dans quelques temps ??? Comme on aimerait hacker les Fancy Bears !

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.