Dopage : les asthmatiques au pouvoir

11 février 2018

6000 doses de médicaments contre l’asthme. C’est le contenu de la pharmacie destinée à l’équipe de Norvège pour les Jeux Olympiques de Pyeongchang. Une nouvelle confirmation de l’usage très répandu de ces médicaments chez les sportifs de haut niveau.

ASTHME

Le débat autour des médicaments contre l’asthme n’en finit plus, et rebondit au gré de l’actualité. Dernier épisode en date, la polémique autour des 6000 doses de médicaments contre l’asthme transportées par le staff médical de l’équipe olympique de Norvège. L’information d’abord divulguée par la presse russe, évidemment sensible à un tel déploiement alors que ses sportifs sont mis à l’index, a été validée par le site norvégien « nrk.no », qui a eu accès aux armoires à médicaments de la délégation norvégienne.

Et la liste impressionne, avec pas moins de 52 médicaments différents, dans des quantités très importantes pour certains. Comme le rappelle Mona Kjeldsber la médecin responsable de l’équipe, ils sont destinés à soigner 200 personnes, incluant 109 sportifs et le staff officiel. Mais il s’agit en fait d’un stock collectif, chaque personne transportant elle-même ses médicaments habituels…

C’est bien sûr autour des spécialités destinées à soigner l’asthme que la controverse est apparue. Avec un calcul rapide amenant un total de près de 6000 doses, entre le Symbicort, l’Atrovent, l’Alvesco, la Ventoline, le Pulmicort. Autant de médicaments certes indispensables au traitement des asthmatiques, soumis ou non à demande d’AUT, mais qu’on sait aussi très efficaces pour booster la capacité respiratoire, un vrai atout dans un sport d’endurance comme le ski de fond, à l’image de ce qu’on a pu constater dans le cyclisme. Et l’expert qu’est Stéphane Huby du site « cyclisme-dopage.com » avait ainsi pu intituler avec humour sa rubrique « Le hold up des asthmatiques », soulignant que lors des 16 derniers tours de France, le vainqueur était un asthmatique, ou du moins, était autorisé à utiliser des médicaments contre l’asthme…

#sickpeopledoingsport

Mais deux autres médicaments ont aussi attiré l’attention des initiés, le Kenacort et le Celestone Chronodose, destinés à soulager les inflammations et allergies. Leur présence dans la trousse à pharmacie officielle n’a pas manqué de faire réagir Michael Rasmussen, un grand connaisseur de leurs effets sur les sportifs. L’ancien cycliste danois avait reconnu après l’arrêt de sa carrière un usage large du dopage, entre EPO, hormone de croissance, testostérone, transfusions sanguines….

RASMUSSEN

Le tweet rédigé par Michael Rasmussen apparaît d’autant plus percutant, soulignant que Kenacort et Celestone étaient justement les médicaments préférés de Radobank et CSC, ses deux anciennes équipes. Avec de conclure par un hastag très offensif : « #sickpeopledoingsport ». Comprenez « les gens malades font du sport ».

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.