Dopage : les affaires mémorables de l’année 2019

31 décembre 2019

L’année 2019 a été particulièrement dense sur le plan du dopage, que ce soit en France ou à l’étranger, et pour suivre cette actualité riche, ce sont 116 articles qui ont été publiés sur le site spe15.fr. Voilà le top 10 des affaires les plus spectaculaires, de Clémence Calvin à Ophélie Claude Boxberger, en passant par Alberto Salazar et Asbel Kiprop. Et à la clef, une certitude, l’incroyable se dispute au farfelu dans le domaine du dopage.

116 articles en une année, pour couvrir une actualité du dopage dans l’athlétisme plus que brûlante ! L’emballement médiatique débute en France début avril avec l’annonce d’un refus de contrôle par Clémence Calvin, et après une nouvelle poussée de fièvre début octobre autour de Morhad Amdouni, mis en cause dans un achat de produits dopants, la frénésie n’est toujours pas retombée en cette fin d’année, avec la saga autour du contrôle positif à l’EPO d’Ophélie Claude Boxberger, qui aurait été dopée à son insu.

Sur le plan international, la suspension d’Alberto Salazar constitue le fait majeur, avec cette sanction frappant l’entraîneur vedette américain soutenu par Nike, et survenant en plein championnat du monde de Doha. Mais la sanction d’Asbel Kiprop représente également un élément très fort, confirmant que le Kenya est complètement souillé par le fléau du dopage, avec la complicité de tant d’intermédiaires avides d’argent. Du côté de la Russie, les éléments tombent au compte-goutte pour confirmer l’engagement étatique dans le dopage.

Alberto Salazar est suspendu pour quatre ans ! L’USADA a pris cette sanction contre l’entraîneur américain, conseiller de Mo Farah et Galen Rupp, à la suite de multiples violations des règles anti-dopage. L’information tombe deux jours après le titre mondial conquis sur 10.000 m par la Néerlandaise Safan Hissan, la nouvelle protégée d’Alberto Salazar, capable de courir son dernier 1500 mètres en 3’59’’09…

La Kenyane Jemimah Sumgong a été suspendue pour huit années supplémentaires, qui s’ajoutent à sa première interdiction de quatre ans. La Championne Olympique de marathon est sanctionnée pour avoir produit de faux documents pour se défendre suite à son contrôle positif à l’EPO en février 2017.

 

La sanction d’Asbel Kiprop vient de tomber, avec une suspension de quatre ans, suite à son contrôle positif à l’EPO. Le champion olympique et triple champion du monde du 1500 mètres avait toujours plaidé l’innocence, invoquant une machination contre lui. Mais bonne nouvelle, tous ces mensonges se sont retournés contre lui…

Le camouflet est terrible pour l’Agence Mondiale Anti-Dopage, qui n’a pu accéder au laboratoire anti-dopage de Moscou. Cette visite avait été exigée en contrepartie de la levée des sanctions imposées à la Russie. Le patron de l’AMA se décidera-t-il pour une nouvelle suspension du pays ???

Le record du monde du semi réalisé par Abraham Kiptum fin octobre 2018 à Valence a disparu des tablettes ! Le Kenyan a reçu une suspension de quatre ans pour irrégularité de son passeport biologique, débutant quinze jours plus tôt.

Clémence Calvin, en pleine préparation pour le Marathon de Paris, a reçu au Maroc la visite de l’AFLD qui souhaitait la soumettre à un contrôle anti-dopage inopiné. Mais la jeune marathonienne se serait soustraite au contrôle. Elle encourt une suspension de quatre ans. Son compagnon et entraîneur, Samir Dahmani, nie que ce contrôle a eu lieu.

La rumeur couvait depuis quelques jours d’une nouvelle affaire sombre pour l’athlétisme français. Et c’est une nouvelle bombe, avec cette fois, un contrôle positif à l’EPO pour Ophélie Claude Boxberger ! Le scandale s’annonce énorme, avec en toile de fond, sa relation sentimentale avec le Docteur Serra, qui était intervenu auprès de l’AFLD l’année dernière pour contester son nombre de contrôles anti-dopage.

Un sujet diffusé par ARD, la télévision allemande, met en cause Morhad Amdouni, pour des faits de dopage. Le documentaire réalisé par Hajo Seppelt et son équipe et consacré aux dérives du dopage au Maroc dévoile des éléments qui affirment que Morhad Amdouni a eu recours à des pratiques interdites. L’OCLAESP et l’AFLD s’intéressent à ce dossier.

En plein salon du Marathon à Paris, une autre mauvaise nouvelle pour le monde du running s’est répandue, celle de la mise en examen d’Eric Favre, le créateur de la marque diététique éponyme, pour trafic d’anabolisants. L’affaire concerne le monde du culturisme, mais la gamme Eric Favre était très connue des coureurs.

L’ancien cycliste Christophe Bassons, grand pourfendeur du dopage, et en charge officiellement de la lutte anti-dopage depuis plus de 16 ans, a décidé de stopper sa collaboration avec l’Agence Française Anti-dopage. La conséquence de la réorganisation des fonctions de CIRAD, qui l’oblige à renoncer au volet prévention et information sur le dopage, qui lui tenait très à cœur.