Dopage : Des contrôles positifs des JO 2008 des Jamaïcains dissimulés par le CIO ??

2 avril 2017

C’est un nouveau pavé dans la mare que lance Hajo Seppelt dans son documentaire diffusé par la télévision allemande, qui dévoile que le CIO aurait dissimulé des contrôles positifs sur des échantillons des JO de 2008 retestés l’année dernière. Ces contrôles auraient détecté du clenbutérol, en particulier dans les échantillons des athlètes de Jamaïque…

La première suspension pour dopage est passée de 2 ans à 4 ans. Est-ce suffisant ?

Pour l’athlétisme de la Russie, il y a eu un avant et un après le documentaire d’Hajo Seppelt de décembre 2014. Pourra-t-on en dire de même pour la Jamaïque suite à son nouveau travail diffusé ce 2 avril 2016 sur la chaîne ARD ???

Les éléments dévoilés dans le sujet apparaissent en effet très à charge sur la Jamaïque. Avec l’affirmation que dans les échantillons des athlètes de l’Ile prélevés lors des JO 2008, il aurait été découvert du clenbutérol lors de leur retest effectué l’année dernière par le CIO.

Mais le CIO aurait choisi de refuser de confirmer la positivité des tests au clenbutérol pour des sportifs de plusieurs pays, et surtout des Jamaïcains, selon l’ordre donné au laboratoire de Lausanne par le Docteur Richard Budgett, le directeur médical du CIO.

Selon l’enquête menée par Hajo Seppelt et son confrère, Thilo Neumann, cette décision aurait été prise du fait que les athlètes positifs pouvaient se défendre en prétextant avoir mangé de la viande contaminée au clenbutérol. Ce problème était bien connu en Chine à l’époque, avec une grande utilisation du clenbutérol comme additif engraissant pour les animaux.

Comme le confirme Olivier Niggli, le directeur général de l’AMA, il a été choisi d’étouffer ces affaires, afin d’éviter toute prise de risque de contestation des suspensions éventuelles, surtout que le clenbutérol était parfois présent avec de très faibles doses.

Mais le documentaire de Hajo Seppelt fait aussi découvrir le témoignage du Mexicain Angel Heredia, qui a longtemps été l’un des principaux pourvoyeurs de dopants pour les Américains, avant de basculer du côté de la lutte anti-dopage. Et celui-ci n’y va pas par quatre chemins pour affirmer que les coachs jamaïcains l’avaient souvent approché dans les années 2007-2008 pour obtenir plus d’informations sur l’usage du clenbutérol à l’entraînement et en récupération….

 Texte : Odile Baudrier
 Photo : G.B.