Dopage : 3ème suspension d’un athlète de l’entraîneur Jama Aden

31 octobre 2017

La suspension pour deux ans de Betlhem Desalegn pour des irrégularités de son passeport biologique, a été confirmée par le TAS, soutenant la décision de l’IAAF. Cette jeune femme de 26 ans, née en Ethiopie, évoluait sous les couleurs des Emirats Arabes Unis, au sein du groupe de Jama Aden. Il s’agit ainsi du 3ème cas de dopage pour un athlète de l’entraîneur somalien, après celui de Hamza Driouch et de Laila Traby.

jama-aden-seul-2

Avec l’annonce de la suspension pour deux ans de Betlhem Desalegn, voici une troisième athlète entraînée par Jama Aden à se voir sanctionnée pour des faits de dopage. Une sacrée performance à l’actif de l’entraîneur somalien, longtemps entraîneur national pour le Quatar…

Cette fois, il s’agit d’une athlète pour le moins méconnue. Cette jeune athlète de 26 ans, spécialiste du 1500 mètres, née en Ethiopie et évoluant ensuite sous les couleurs des Emirats Arabes Unis, n’a jamais accédé à une finale mondiale ou olympique, mais elle compte plusieurs titres de Champion d’Asie, une réussite très importante pour son nouveau pays d’adoption, en quête de reconnaissance dans sa zone continentale. Elle affiche aussi un record sur 1500 mètres à 4’03’’70 établi en 2015, qui devrait disparaître très vite des tablettes.

Desalegn

Car la récente décision du Tribunal Arbitral du Sport confirme la décision de l’IAAF d’une sanction pour des irrégularités sur son passeport biologique, avec une suspension pour deux ans, et la suppression de toutes les performances de Betlhem Desalegn réalisées entre le 6 mars 2014 et le 22 juillet 2016.

Le cas de Bethlem Desalegn confirme une nouvelle fois les réticences des fédérations nationales à prononcer des sanctions pour passeport biologique. La Fédération des Emirats Arabes Unis avait en effet refusé de suivre la demande formulée par l’IAAF et avait autorisé son athlète à disputer les JO de Rio avant que l’IAAF ne monte au créneau avec une suspension à titre conservatoire et un recours devant le Tribunal Arbitral du Sport, qu’elle remporte, comme dans le cas de Riad Guerfi.

Jama Aden, à nouveau lié à une affaire de dopage

Mais l’histoire de Bethlem Desalegn ramène surtout sur le devant de la scène le nom de Jama Aden. En effet, l’athlète évoluait au sein du groupe de l’entraîneur somalien, et était présente en Espagne en juin dernier lorsque les policiers anti-dopage débarquaient à Sabadell pour interpeller Jama Aden et le mettre en cause pour des faits de dopage.

L’équipe du site « El Confidencial » avait alors dressé la liste des athlètes accrédités pour accéder à la piste de Sabadell, et Bethlem Desalegn y figure. Le site américain « Let’s Run » révèle également qu’elle était la girl friend de Zane Robertson, un athlète de Nouvelle Zélande, qui avait un temps été membre du groupe de Jama Aden, et qui selon certaines indiscrétions, aurait été l’informateur privilégié de l’IAAF pour dévoiler certaines pratiques douteuses du groupe qu’il avait quitté, et épauler l’instance internationale dans sa démarche d’attaque contre le coach.

DRIOUCH 2 R

Bethlem Desalegn devient ainsi la 3ème athlète entraînée par Jama Aden (*) à se voir associée à des faits de dopage, après Hamza Driouch et Laila Traby.

Hamza Driouch, qui avait débuté sa carrière pour le Maroc avait ensuite été recruté par le Qatar, et il avait ramené à son nouveau pays le titre de Champion du Monde junior du 1500 mètres à Barcelone en juillet 2012. Mais l’histoire allait hoqueter avec sa mise en cause pour des irrégularités de son passeport biologique débutant juste après ce titre mondial, en août 2012, avec une suspension de deux ans qui lui était notifiée début 2015. Au début de l’année 2016, le jeune athlète avait mis en cause Jama Aden pour son dopage, avant de se rétracter. Ce printemps, sa sanction achevée, Hamza Driouch a repris la compétition, mais avec un niveau de performances très très éloigné de celui de ses débuts et de l’époque où il était conseillé par Jama Aden.

Laila Traby, elle également Marocaine d’origine, avait établi une collaboration avec Jama Aden durant l’année 2014, délaissant son entraîneur, Nourredine Ghezielle, qui la conseillait depuis son installation à Avignon, et sa naturalisation française. La date exacte de sa collaboration avec l’entraîneur somalien n’a pas été clairement établie, mais il est certain qu’en août 2014, lorsqu’elle devient médaillée de bronze du Championnat d’Europe sur 10.000 m, Jama Aden est son coach de référence. Trois mois plus tard, début novembre, une perquisition dans le chalet de Font Romeu où elle est en stage révèle la présence de produits dopants, et le contrôle effectué à cette occasion révèle la présence d’EPO.

leila traby vignette belgrade

Laila Traby sera suspendue 4 ans par la FFA, avec une sanction qui expire en mai 2018. En réalité, l’enquête policière menée par l’OCLAESP avait relié son dopage à deux Français, Salim Ghezielle, le frère de son entraîneur, ex-mari de Bouchra Ghezielle également suspendue pour dopage, et à un athlète de Clermont Ferrand, Charaf Belamkaddem, tous les deux mis en examen par la justice française.

Avec trois suspensions pour dopage à son actif, Jama Aden se hisse ainsi dans le « hit-parade » des entraîneurs d’athlétisme les plus douteux. Quelle sanction prononcera l’IAAF à son encontre sachant que ce printemps encore, il a été autorisé à évoluer officiellement durant le meeting de Doha au Qatar.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

(*) Après parution de cet article, Bethlem Desalegn m’a contacté par message privé Facebook pour m’affirmer : « mon cas n’a rien à voir avec coach Jama Aden »

Voici les messages reçus : « Hello Mr!! This is Betelhem dealagen talking with you about what you post on me in Facebook!!! First of my case was investigation also nothing to do with coach Jama Aden ! 2nd of I won my case!!!3rd of u post about me it’s 100% wrong and I talked to my lowyer to court you about the wrong and destroy my name for no reason and I’m waiting the paper avidance to show for the human right court what u saying about me and what the Iaaf decide about me it’s personal !!! So good luck !!! I hope before u post any thing make sure 1st of before destroy some name !!! All the best we meet in court soon!!! »

Et après que je lui ai retourné le lien vers la décision officielle du TAS, voici sa réponse :

« Ok did anything says what to do with Coach Jama Aden also my case nothing to do with Jama my problem 2014 so I don know who u r but u better clear this post u r destroying my name for non senes so don mix ma case with anyone to get attention for ur page any way u can read the link back to see ur post !! »