Dopage : 108 contrôles positifs a posteriori sur les JO 2008 et 2012

28 septembre 2017

Ce plus de 190 tests effectués a posteriori sur les échantillons prélevés durant les JO 2008 et 2012 qui se sont révélés positifs, avec à la tête de ce sinistre décompte, l’athlétisme avec 108 cas détectés après coup. Environ 80 médailles sont concernées, elles n’ont pas été toutes réattribuées…

Mariya Savinova a perdu l'or des Jo de Londres, sa médaille réattribuée à Caster Semenya

Mariya Savinova a perdu l’or des Jo de Londres, sa médaille réattribuée à Caster Semenya

C’est un travail minutieux qu’a effectué le site « olympstats.com », avec le décompte des contrôles positifs constatés après les JO de Pékin et de Londres. Et ce n’est pas facile, tant les informations tombent de manière parcellaire, et que les cas positifs se succèdent.

Mais Bill Mallon, rôdé au travail de statistiques depuis près de 50 ans, et animateur de ce site avec d’autres statisticiens du monde entier, a utilisé toute son expérience pour compiler ces éléments et livrer une image très sombre des dérives dopantes aux JO avec le chiffre de 190 contrôles positifs détectés APRES les JO de 2008 et 2012, dans le travail dit de « retesting ». Et ce sont les JO de Londres qui ont livré le plus de cas positifs, dépassant la centaine.

Sur ces 190 cas, la palme revient malheureusement à l’athlétisme, avec 108 cas positifs constatés, suivi par l’haltérophilie (51 cas) et autre triste constat, les athlètes sont majoritairement issus des pays de l’ex-bloc de l’Est, avec, tous sports confondus, 53 cas pour la Russie, 23 pour la Biélorussie, 20 pour l’Ukraine, suivis par la Turquie (14 cas), et le Kazakhstan (12 cas).

74 médailles, 18 en or, souillées par le dopage

Avec combien de médailles réattribuées ? Ce statisticien chevronné l’avoue, ce n’est pas une tâche facile que de le savoir. Car comme il le rappelle, les suspensions sont annoncées par les fédérations internationales du sportif, mais les médailles sont réattribuées par le CIO. Et la communication sur ces éléments n’est visiblement pas une priorité, démontrant que la réattribution n’est pas un droit…

Selon le décompte précédent effectué en avril, 74 médailles des JO 2008 et 2012, avaient été perdues pour des contrôles positifs, incluant 18 médailles d’or. Avec là encore, une grosse ombre sur la Russie, perdant en athlétisme 6 médailles de Pékin et 9 de Londres.

Sur ces médailles, un grand nombre n’a pas encore été officiellement réaffecté, et certains podiums restent vides. C’est le cas par exemple du 1500 m des JO de Londres, où la Turque Asli Cakir s’est vue reprendre sa médaille d’or, qui a été réattribuée à Maryam Jamal du Bahrein. Mais à ce jour, aucune autre modification n’a été effectuée pour faire « avancer » les athlètes d’une place…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.