Des dons pour Rodchenkov, l’ancien homme fort du dopage en Russie

20 août 2017

Une campagne de crowdfunding a été lancée pour soutenir Grigory Rodchenkov, l’ancien patron du laboratoire anti-dopage de Moscou, réfugié aux Etats-Unis et en danger après qu’il ait révélé au grand jour le dopage systématique des sportifs de la Russie. L’histoire de Grigory Rodchenkov est au cœur du passionnant film « Icarus » réalisé par Bryan Fogel et disponible maintenant sur Netflix.

 

RODCHENKOV

Le Russe Grigory Rodckhenkov ne devait être que l’un des nombreux intervenants rencontrés par l’Américain Bryan Fogel pour la réalisation de son film « Icarus ». Un projet très particulier bâti par ce cinéaste de Denver, qui décide de comprendre comment tant d’athlètes de renom, comme Lance Amstrong ou Marion Jones, ont pu passer à travers les systèmes de l’anti-dopage, tout en s’abreuvant de produits interdits. Et le cinéaste amateur de vélo se transforme en acteur de son film, en se soumettant lui-même à un programme de dopage sophistiqué et indétectable.

Pour mener cette démarche étonnante, Bryan Fogel multiplie les rencontres avec divers acteurs de l’anti-dopage, et se voit orienté vers Grigory Rodckhenhov, le patron du laboratoire de Moscou, qui devient son conseiller très spécial pour choisir les bons protocoles et passer à travers les contrôles, avec l’objectif de briller sur l’épreuve de cyclotourisme d’élite, « La Haute Route ».

FOGEL ET RODCHENKOV

Mais l’histoire va brutalement s’emballer, avec la découverte que Grigory Rodckhenhov est en réalité l’homme clef du système étatique de dopage mis en place par la Russie. Le choc est fort pour Bryan Fogel, qui accepte d’aider Rodchkenhov à fuir la Russie, fin 2015, pour les Etats-Unis, où au printemps 2016, ses révélations lèvent le voile sur toutes les méthodes mises au point pour doper les athlètes et pour transformer des prélèvements « sales » en échantillons « propres ».

Grigory Rodckhenhov n’est plus alors l’homme rigolard qui s’amuse à fournir les bons dosages de produits douteux à Bryan Fogel, il devient à la fois un témoin unique des dérives imaginées par la Russie, et un ennemi public dans son pays, où deux décès étranges d’acteurs de l’anti-dopage se succèdent, Nikita Kamayev et Vyacheslav Sinev.

Le film de Bryan Fogel dévoile l’étrange parcours de ce personnage, adulé par les spécialistes de l’anti-dopage dans le monde entier, au point d’être invité en avant première à découvrir le laboratoire des JO de Londres 2012, alors qu’il est en réalité le créateur de protocoles de dopage très élaborés pour être indétectables, que tous les athlètes russes se doivent de suivre.

Un double visage qu’il affirme lui avoir été imposé par les autorités russes, après une tentative de suicide suivie d’un internement en unité psychiatrique.

Les aveux de Grigory Rodckhenhov lui ont donné le statut de témoin protégé par le FBI, il vit désormais sous une fausse identité aux Etats-Unis, sa famille demeurée en Russie, ses avoirs financiers bloqués.

icarus 2

La sortie du film « Icarus » sur le réseau mondial Netflix a permis une diffusion large de cette troublante histoire, et dans la foulée, une campagne de crowfunding a été lancée à l’initiative d’un ancien skieur norvégien, Johann Koss.

12.900 dollars en deux semaines, pour un objectif initial de 5000 dollars. Ce n’est pas mal même si cela émane seulement de 46 personnes, la plupart demeurant anonymes, certaines concédant des dons de 1500 dollars.

Et vous, accepteriez-vous de donner pour soutenir Grigory Rodckhenhov, l’ancien homme fort du dopage en Russie, mué maintenant en agneau apeuré ?

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.