Deux suspensions pour dopage au Kenya du groupe Rosa

3 octobre 2015

Le Kenya est à nouveau frappé par deux affaires de dopage, avec les suspensions de Josephine Jepkoech Jepkorir, une coureuse sur route, et d’Agatha Jeruto, une jeune athlète spécialiste du 800 m, une nouvelle fois émanant du groupe Rosa Associati.

 

La liste des athlètes kenyans positifs s’est encore allongée, avec deux nouveaux cas révélés par la Fédération du Kenya. Josephine Jepkoech Jepkorir a été contrôlée à la Corrida de la Saint Sylvestre à Luanda fin décembre 2014, et reçoit une suspension de deux ans.

Le cas d’Agatha Jeruto apparaît très inquiétant. Elle n’a que 21 ans, et se voit déjà positive à la norandrosterone, ou nandrolone, un dérivé de la testostérone, avec à la clef, une suspension de quatre ans. Agatha Jeruto faisait partie des talents en devenir du Kenya sur le 800 mètres, elle avait couru en 1’59’’51 l’année dernière à 20 ans. Une saison où elle avait brillé sous les couleurs de l’Equipe du Kenya, avec la médaille d’argent sur 4 fois 800 m au mondial de relais, le bronze au Championnat d’Afrique.

Bientôt des révélations sur le groupe Rosa Associati ???

L’autre point d’achoppement concernant Agatha Jeruto est lié à son groupe d’entraînement. Elle évoluait aux côtés d’Eunice Sum et de Janeth Jepkosgei, toutes les deux championnes du monde du 800 m, l’une en 2013 et l’autre en 2007. Toutes les trois sous la houlette de l’entraîneur Claudio Berardelli, qui coachait également la marathonienne Rita Jeptoo, suspendue en début d’année.

Voilà donc la dérive d’une nouvelle athlète du groupe Rosa Associati. Le manager italien a été suspendu pour six mois en avril dernier par la Fédération Kenyane et des investigations lancées pour vérifier des allégations de dopage.

Pourtant, début juillet, lors du meeting Areva à Paris, lorsque je l’avais interrogé, Federico Rosa avait été très rassurant, répétant que toutes ces charges allaient s’écrouler, et que la sanction sur sa société allait être bientôt levée.

Quelques mois plus tard, il n’en est rien. Au contraire, comme le révèle Isaac Mwangi, un officiel de la Fédération du Kenya au « Nation », soulignant que les investigations en cours devraient prochainement aboutir avec quelques révélations…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

Non classé