Bertrand Moulinet, suspendu pour quatre ans

17 juillet 2015

La sanction contre Bertrand Moulinet vient d’être rendue publique par la FFA. Le marcheur est suspendu pour quatre ans, suite à son contrôle anti-dopage positif à la FG 4592, un produit stimulant la sécrétion de l’EPO. Le marcheur avait demandé à être suspendu à vie.

Bertrand Moulinet

Bertrand Moulinet

 

Quatre ans de suspension pour Bertrand Moulinet, qui avait été contrôlé positif le 30 mars dernier lors d’un contrôle hors compétition.

En cause, la présence dans ses urines de la FG 4592, un produit très inédit. Il s’agit d’ailleurs d’une première mondiale que la détection de ce produit chez un sportif… La FG 4592 stimule la sécrétion de l’EPO, et à ce titre, destinée à être utilisée dans le traitement de l’anémie. Mais elle n’est encore qu’en phase d’essai clinique, non autorisée à la vente en France.

Selon nos informations, Bertrand Moulinet avait disséqué les résultats des contrôles des différents laboratoires anti-dopage du monde entier, et aurait détecté une « faille » : le fait que la FG 4592 n’avait encore jamais été détectée.

C’est ce qui l’aurait incité à choisir cette molécule pour se doper…

Une pharmacie impressionnante

Mais Bertrand Moulinet ne s’est pas contenté de ce produit. Il avait reconnu spontanément lors du contrôle de fin mars avoir ingéré divers médicaments, comme le Symbicort, le Xyzall, le Beclorhino, le Montelukast 5. Ces produits ne contiennent pas la FG 4592, mais le Symbicort figure également parmi la liste des produits interdits, il contient de la Busedonine. Celle-ci n’a toutefois pas été détectée lors du contrôle.

A travers le procès verbal diffusé par la FFA, on en sait également plus sur les produits découverts par les gendarmes de l’OCLAEPS lors de leur perquisition à Font Romeu dans le chalet de Bertrand Moulinet. Et c’est du lourd. Avec du Thymosin, TB 500 Beta, PEG MGF. Autant de produits considérés comme dopants.

Leur détention, en plus de l’usage du FG 4592, constitue une circonstance aggravante à l’encontre de Bertrand Moulinet. Ce qui explique la durée de la sanction, l’allongement de 2 ans à 4 ans.

Mais Bertrand Moulinet ne s’en offusquera pas. Le marcheur avait informé par mail la FFA dès le 23 avril 2015 qu’il reconnaissait avoir ingéré intentionnellement le produit interdit, et il avait manifesté son souhait d’être interdit à VIE…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand