Amandine Guyot, suspendue pour la 2ème fois

20 septembre 2019

La Picarde Amandine Guyot avait été suspendue par la FFA en octobre 2016 suite à un contrôle positif à la Transbaie. La jeune femme vient d’être à nouveau sanctionnée, par l’AFLD, en raison d’un contrôle positif lors d’un Cross Fit, son nouveau sport. Avec à chaque fois, l’utilisation de stéroïdes anabolisants…

Les stéroïdes, encore et encore. Amandine Guyot n’a rien changé à ses mauvaise habitudes. En 2016, un contrôle à l’issue de la Transbaie en juin révèle plusieurs produits de la famille des stéroïdes anabolisants. La jeune femme revendique même avec une grande fierté leur utilisation, pour sa pratique du body building. La FFA lui infligeait une suspension de quatre ans.

Une sanction qui ne l’a pas empêchée de se lancer, à corps perdu, dans le cross fit, avec à l’été 2017, l’animation de « boot camp », et le retour en compétition. Et le contrôle anti-dopage effectué le 10 septembre 2017 lors du « Throwdown Normandie 2017 », se conclut à l’identique de celui de la Transbaie, avec cette fois, la présence de quatre métabolites du stanozolol.

La procédure lancée début février 2018 par l’AFLD a abouti le 3 juin 2019 à une sanction, diffusée ces derniers jours sur le site de l’AFLD. Soit 8 ans de suspension pour Amandine Guyot, en raison de sa récidive (avec bizarrement, comme point de départ le 10 septembre 2018 ?).

Lors de son premier contrôle positif, Amandine Guyot avait reçu quatre ans de suspension, une durée allongée par la Commission Disciplinaire de la FFA en raison du caractère intentionnel de l’utilisation de tels produits interdits.

Elle n’avait effectivement pas dissimulé avoir absorbé ces stéroïdes, les déclarant même sur le PV de contrôle anti-dopage, en croyant que les doses absorbées ne seraient pas détectées…

Une coureuse interrégionale

Amandine Guyot n’était alors qu’une coureuse interrégionale, elle avait terminé 4ème à la Transbaie, comme à plusieurs reprises précédemment. Elle avait aussi disputé à trois reprises le France de Cross, 171ème en 2014, 159ème en 2015, et 150ème en 2016. Sur route, elle valait 37’39’’ sur 10 km réalisés en 2015.

Selon elle, la Transbaie 2016 marquait sa dernière compétition en course à pied, avant de se tourner vers le body building, où elle rêvait de briller.

C’est finalement vers le cross fit qu’elle s’est tournée, avec l’objectif des « Cross Fit Games », et le site « Cross Fit Games 2020» la classe comme 107 630ème mondiale !

Les entraînements pour le « Cross Fit » rythmaient sa vie quotidienne, comme son Facebook le révèle, où elle multiplie les exercices à soulever de la fonte et à modeler son corps, en compagnie de Damien, son binôme. Tout en travaillant dans un magasin de nutrition sportive, le Gordon Nutrition 93, aux Pavillons sous Bois et en s’impliquant comme pompier bénévole.

Visiblement, Amandine Guyot ne concevait pas sa pratique sportive sans les avantages apportés par les stéroïdes anabolisants. Au point de complètement occulter les inconvénients sur la santé de ces saletés…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.